Archives du mot-clé saint marcelin de cray

MESSAGES d’AMOUR… On nous aime ! la preuve !

Ici Mathieu Binet :….j’écris aux Antipodes pour vous dire que….

 » vous travaillez dans un super univers peuplé de gens supers, humains et givrés. Je dois quitter ce monde merveilleux pour une autre réalité de « taf »… Je prendrais bien un avion ou une fusée, pour vous faire petite une visite ici, aux Antipodes…!

Je vous embrasse très affectueusement ». Mathieu Binet.

« On t’aime aussi Mathieu ! Pour tout ce que tu fais, ici et ailleurs ! On connaît ta droiture, ta générosité, ta disponibilité à l’égard des autres ! On sait ton courage, ton égalité d’humeur, et l’ingéniosité dont tu fais preuve dans chaque chose que tu entreprends ! Pour communiquer avec les ZANTIPODES, tu peux aussi utiliser le « fil qui chante », ou internet ! C’est plus rapide et moins cher ! L’imagination fera le reste… » (Geo)

 

Scan 123560000« Lancé à l’aventure sur les routes automnales bourguignonnes, en sillonnant des campagnes inconnues et des villages mystérieux … Soudain, … un signe du destin ? au détour d’un virage sinueux, étrange vision ! C’est un kakémono, solidement harnaché, qui se dresse fièrement… Où suis-je donc ? perdu en Bresse ?, en Brionnais ?, dans le Morvan ? Ne sais plus…!  Mais qu’importe, car il est bon de se perdre, parfois, dans le brouillard, tant les paysages sont sublimes à contempler, véritable patchwork de couleurs ! Et les personnes rencontrées chaleureuses, accueillantes, souriantes… Souffle de vie et remède contre la morosité, l’éloignement et la solitude.

Givré-dégivré, mordu-suis-devenu dans ce festival ! Incroyable cette foule de spectacles éclectiques… vitalité, liberté de parole, ouverture vers l’autre, rêve, émerveillement, dynamisme… et rires garantis, échanges verbaux et intellectuels… ! Ne changez rien ! Sincèrement merci … à l’équipe !  Que vivent les Contes Givrés ! Sandy

 

« Tu nous fais rougir, Sandy ! Que de compliments ! Mais la qualité de nos échanges te revient aussi ! C’est la façon dont tu perçois les choses qui est belle ! Le dire de cette façon, sans ambages, dans ce style direct qui t’appartient, touche au cœur ceux qui te lisent. Et nous sommes ravis, bien entendu, d’apprendre tout cela ! Reviens nous voir quand tu veux ! »  (Geo)

TERMINUS pour la XIV° Edition !

 TERMINUS pour la XIV° édition du Festival CONTES GIVRES ! Tout le monde descend !

Telle une locomotive lancée à toute allure sur les rails d’une Bourgogne noyée sous l’épais « coton automnal », la XIV° édition du Festival CONTES GIVRES est arrivée à bon port !

 

 

Après avoir touché, sur son parcours, 62 scènes d’accueil, et débarqué au passage 41 artistes qui ont largué, ça et là, des tonnes d’émotions, de rires, de poésie, de récits de vie, de couleurs, d’odeurs, de saveurs, de valeurs, consommées sur le champ par un public de 5767 personnes enchantées qu’une telle aubaine puisse ainsi revenir, fidèlement, chaque année ! (voir ci-dessous le tableau des escales dans les quatre départements de la Région).

C’est beau la ponctualité ! Mais l’imprévu et la fantaisie ne sont pas laids pour autant ! Et si cette XIV° édition était remarquable par son exactitude aux rendez-vous annuels, elle l’était aussi pour toutes les superbes surprises, inattendues, de sa programmation. Ce fut donc, à l’unanimité des avis et des opinions, un excellent cru ! Très apprécié dans les quatre départements traversés.

Et si l’on y ajoute la quinzaine de spectacles présentés en OFF au début de l’année pour 1040 spectateurs, les fameuses incursions  « GIVRES au COLLÈGE » au nombre de 7, et la dizaine d’ateliers scolaires menés parallèlement pour 2452 élèves, on obtient l’un dans l’autre un chiffre de fréquentation de 9259 personnes au total ! Adultes et adolescents confondus ! Qui disait que le conte était un art mineur réservé aux enfants et aux mères-grand ? N’est-ce pas justement l’orfèvre des… Contes de Perrault ?

 

Crédit : Julien Lagrange
Crédit : Julien Lagrange

Bref, la XIV° édition est arrivée à bon port avec tous ses passagers à bord,équipage et TIGRE compris !

Il faudrait maintenant pouvoir raconter les mille et une anecdotes qui ont émaillé cette traversée Trans-Bourgogne ! Les accueils in-situ, la chaleur des publics, les repas pris… ou non, les péripéties du transport, les amourettes de la route, les coups de foudre ou les coups de… gueule, les brèves de « comptoir », les applaudissements, les propos de table, les expos-embarquées, Lire-lire, totems et aubiers peints.

Et l’histoire du TIGRE, bien sûr, qui ne fait que commencer, car après Savigny-sur-Grosne et Saint-Vallier, le voici en partance pour Gueugnon ! Quand les givrés voyagent, ils emportent tous leurs bagages ! y compris leurs grosses bêtes de compagnie ! Sans oublier, bien entendu, le « live-food » qui va avec pour les nourrir (petits chats, chiens, hamsters, furets, écureuils, et autres  bestioles comestibles pour carnivores). Quand on voyage, faut c’qui faut quoi !

 

A propos d’animaux justement, et après l’AUTRUCHE de l’an dernier et le TIGRE de cette année, quel sera l’animal-fétiche 2013 ?

Devinez ! Mais vous avez peut-être des propositions à faire ?

Geo

Tableau de fréquentation 2012

 

« Coup de frein » au village !

On en parle…

Pour limiter la vitesse de circulation intra-muros, le Village de Saint-Marcelin de Cray a recours aux arts plastiques.

En utilisant le support de l’ancienne « bascule rurale » située en bordure de route au centre du village, la Municipalité a commandé à une plasticienne la réalisation d’une peinture murale aux vives couleurs pour attirer l’attention des conducteurs, et leur donner ainsi le réflexe de lever le pied.

Les travaux sont encore en cours, mais provoquent déjà « l’effet coup de frein » attendu…: que ce soit par simple curiosité pour l’originalité de la démarche, ou par l’intérêt culturel que peut susciter une peinture murale sur un support aussi incongru, ou tout bonnement pour faire un salut amical à l’artiste…

D’autant plus que d’autres peintures murales fleurissent alentours sur plusieurs façades de maison, comme au village voisin de Chevagny-sur-Guye notamment où, là encore, la singularité de l’initiative semble apparaître comme un « limitateur de vitesse ».

Comme quoi des petits coups de pinceau peuvent parfois faire la nique aux grands coups de turbo !

Toujours est-il que l’événement ne passe pas inaperçu, et qu’on en parle dans les chaumières…