Archives du mot-clé Messeugne

CONTES GIVRES quatorzième ! CLAP

Le Tigre

CONTES GIVRES – XIV° édition

Le décollage de la XIV° édition de l’automnal et étonnant festival du récit, du conte et de la nouvelle, CONTES GIVRES en BOURGOGNE, est annoncé pour le week-end du samedi 6 au dimanche 7 octobre 2012, à l’aéroport de La Fabrique à Messeugne, célèbre mais cependant introuvable Bourg de Savigny-sur-Grosne (71460), en Saône-et-Loire, pour un vol « long courrier » de 5 semaines à travers la région des Burgondes.

(l’itinéraire sera balisé, bien suivre les flèches pour ne pas perdre la piste du tigre et, à l’arrivée, si vous arrivez…., suivre les instructions affichées pour garer les voitures en file indienne dans le sens indiqué… ! Ah mais !)

Le CLAP du compte à rebours sera donc donné le samedi 6 octobre à 15h00 par le boss de la Tour de Contrôle, le Crieur Public Gérald Rigaud, heure à laquelle tout le peuple des Givrés, anciens et nouveaux, sera accueilli sur le tarmac du « Forum LAGRANGE ».  Une aubade musicale sera alors servie par les musiciens du collectif « Mémoires Vives » d’Anost, des Morvandiaux purs et durs….! Un accueil « personnalisé » sera assuré par les « tigresses et les tigrichons »  des Antipodes, Pauline, Pénélope, Catherine, Delphine, Saskia, Céline, Marie and Marie, Anne, Marie-France, Matthieu, Olivier, Julien, Thierry, Geo etc…,qui conduiront nos invités du ouikende aux multiples « points chauds » du site, points chauds qu’il ne faudra pas rater, sous peine de rester givrés jusqu’à la fin de vos jours…

La première brûlure sera ressentie, évidemment, – à tout seigneur tout honneur -, dans la TANIèRE des APPRENTIGRES ! C’est à dire là où le tigre est né, et où chacun pourra faire réserve d’énergie et avoir la gnaque toute l’année, simplement en « mettant la main à la patte » ! Comme l’ont déjà fait les deux Marie (Galle et Jourdain) qui ont créé la BÊÊÊTE, et qui, tout en douceur, sans nul besoin de fouet ou de petites récompenses à l’hémoglobine, lui ont fait faire tout ce qu’elles voulaient…!  Gageons que la BÊÊÊTE leur obéira encore et encore quand elles lui ordonneront de « se bouger les meules « , afin de pouvoir déambuler autour du pâté de maisons. Ce TIGRE est doux et docile comme un mouton ! Mais attention ! pas question de soumission… ! Un tigre reste un tigre ! Pas besoin de l’exciter ! Comme il est bien nourri par les organisateurs, inutile de lui jeter des petits animaux vivants à l’heure des repas comme cela se pratique habituellement dans les zoos qui ont des petits budgets, surtout en temps de crise… ! (sic)

marie tigremarie tigre 2tigre

SURTOUT NE BLÂME PAS DIEU D’AVOIR CRÉÉ LE TIGRE ; REMERCIE-LE PLUTÔT DE NE PAS LUI AVOIR DONNE d’AILES…

Pour s’immerger ensuite dans cette bulle d’IMAGINAIRE PURE et REGENERATRICE, « un plongeon dans la piscine » s’impose :

– vous pourrez voir d’abord la superbe exposition photographique « LIRE… LIRE », conçue et réalisée par Sylvie Roche et Isabelle Robbe, avec la complicité du « Téâtre Eprouvette » de l’incroyable Jean Bojko, inventeur de l’Epicerie Culturelle !  Et vous aurez alors une fringale insatiable de lecture ! Juré !

pour passer à l’acte, l’accorte bouquiniste de l’opération, Catherine Rizet, vous ouvrira les portes de sa BIBLIOBOUTIQUE, une sorte de Marché aux Puces du livre quoi ! qui proposera (à l’oeil ou à la vente, ça dépendra de l’humeur de Catherine…) maints ouvrages mis à disposition par L’Ecole des Loisirs, les Editions Biotop, le CADA, Fabienne Foilard, Antipodes,… enfin rien que du beau monde si vous voulez m’en croire ! Elle vous parlera peut-être aussi (mais c’est encore un secret, chut ! ) de son super projet de mettre en embuscade, en Saône-et-Loire pour commencer, puis dans toute la région si ça marche, un réseau de « micro-bibliothèques-du-bord-des-routes…. », pour mieux piéger les lecteurs !

– chemin faisant, les visiteurs ne manqueront pas d’admirer le travail des plasticiens de l’Atelier du Coin, ceux de Thierry Montoy, de Céline Thoué, de Saskya Miseur, et de rencontrer sous la Yourte, véritable Salon d’Honneur de cet aéroport rural, (outre la trapéziste Delphine Descombin qui l’a construite),  l’écrivain-comédien Patrick Grégoire dont les lectures publiques sont de véritables gourmandises…

– à propos de gourmandises, les plaisirs du palais et de la langue n’ont pas été oubliés, car la « Piste du Tigre »  n’est pas seulement jonchée d’ossements ; elle comporte aussi quelques reliefs et carcasses encore comestibles, échappés au bec féroce des vautours »; et des pauses sucrées ou salées, pour se sustenter et se désaltérer, sont absolument nécessaires, ces deux fonctions étant non seulement autorisées mais fortement recommandées, soit à l’ABREUVOIR des FAUVES, soit à la TARTINERIE, soit les deux. En l’absence du félin évidemment… 

enfin, pour jubiler de plaisir et se décontracter les zygomatiques, il est conseillé de céder à la tentation du RIRE en prêtant l’oreille à l’humoriste TITOU merveilleux boute-en-train…  si votre chemin croise le sien…, mais surtout en allant voir les deux spectacles de haute volée qui sont à l’affiche, et qui seront présentés par des comédiens hors-normes, rompus au jeu de la commédia-del-arte, sur des textes de l’immense écrivain-comédien italien Dario Fo (prix Nobel de Littérature) :

1 – SAMEDI 6 OCTOBRE à 19h30 au Grand Théâtre : « MYSTERE BOUFFE » par l’incomparable jongleur populaire Alberto Garcia Sanchez,  qui joue des textes de Dario Fo mettant en scène des personnages bouffons sur fond de mystère christique : un jongleur, un fou, des joueurs, un ivrogne, un vilain, croisent un ange, la Vierge Marie, la mort elle-même…

VOTRE ATTENTION SVP ! Il posera surtout LA QUESTION FONDAMENTALE QUI SOUS-TEND et JUSTIFIE en fait l’ouverture de ce FORUM de REFLEXION sur l’importance de l’imaginaire : à quoi servent les artistes ? Quel peut bien être leur rôle dans cette résistance que nous sommes invités à opposer à tout ce qui nous limite, nous contraint, nous écrase ? pour exalter avec eux, qui en sont les chantres, toutes les valeurs de toutes les cultures du monde, et partir ainsi à la recherche du paradis perdu… ?

QUELLE EST LA PLACE DES ARTISTES DANS NOTRE SOCIETE ? QUELS RÔLES PEUVENT-ILS JOUER  ? QUELLES SONT LEURS RESPONSABILITéS PARMI NOUS ? Les artistes sont-ils un levain dans la pâte ? Que cherchent-ils à démontrer ? Sont-ce uniquement des trublions ? des graines de subversion ? des bouffons ? Ou, au contraire, des révélateurs d’idées ? des ferments de civilisations ? des accoucheurs de couleurs ?

Ces questions méritent bien qu’on y réfléchisse, non ? Et puisque nous aurons une « foultitude » d’artistes sous la main, profitons-en, et posons-leur les « bonnes questions » !

QUESTIONS QUI SERONT AUSSI POSéES AU PUBLIC par la journaliste Louise Kolaï, de Radio-Tigre, qui procèdera aux interviews nécessaires avant retransmission ou publication !

DIMANCHE 7 OCTOBRE à 17h00 au Grand Théâtre : « HISTOIRE DU TIGRE » par Benoît Chauleur, comédien et directeur de la Compagnie Chaviro. Une histoire complètement folle qui permet de pousser au maximum ce que Dario Fo a voulu montrer, à savoir l’envie de vivre, le courage, les rapports humains, mais aussi la bêtise, le pouvoir…

Toujours sous l’étiquette IMAGINAIRE et RESISTANCE, une rencontre avec Benoît Chauleur est prévue après la représentation du dimanche 7 octobre à 17h00, pour tenter de « TIGRISER » les spectateurs qui n’auraient pas encore été contaminés !

Et pour rire, et rire encore, écoutons ce que nous dit Dario Fo : 

« Lorsqu’un enfant naît, ses parents s’empressent de le faire rire, en lui faisant des grimaces. Pourquoi ? Parce que au moment où il rit, cela signifie que l’intelligence est née. Il a su distinguer le vrai du faux, le réel de l’imaginaire, la grimace de la menace. Il a su voir au-delà du masque. Le rire libère l’homme de la peur. Tout obscurantisme, tout système de dictature est fondé sur la peur. Alors, RIONS ! « 

Après ces DEUX ECLATS de RIRE, le public pourra enfin vaquer à d’autres occupations : lire, manger, draguer, boire, danser même, car les musiciens nous accompagneront jusqu’au bout ! Jusqu’au bout de la nuit ? On verra, on verra… Ils sont purs et durs ces Morvandiaux, je vous dis ! Et teigneux en plus ! Alors ne vous avisez pas de leur chercher querelle pour des bouts de ficelle, des bouts de chandelle ou une belle infidèle… ! Ils ne le supporteraient pas…. !

Et maintenant, à très très bientôt ! On compte sur vous ? je l’espère !

Geo

« abracadabra » fait merveille !

Oui, ABRACADABRA FAIT MERVEILLE !

Rien d’étonnant à cela, puisque c’est une formule magique d’une part, que le monde des Givrés est un monde solidaire d’autre part, et que nous sommes, enfin, dans le domaine du merveilleux, du merveilleux royaume des CONTES… !

Mais c’est aussi et surtout une belle performance de l’équilibre des CHIFFRES et des COMPTES qui, lui, ne doit rien au « merveilleux »… 

Car le nombre des GENIES GIVRES augmente tous les jours ! Beaucoup plus vite que le SMIC, entre-nous soit dit !

Et il en est de toutes les régions de France et de Navarre, de Suisse aussi ! Mais nous refusons tous les dons émanant des paradis fiscaux…  Faut quand même pas pousser le bouchon trop loin ! Bref, au total au jour d’aujourd’hui  : 80 !

La manne récoltée suit la même progression : nous en sommes maintenant à 3510 Euros ! Qui l’eût cru il y a seulement six mois ?

Les noms des généreux donateurs figurent sur l’arbre « Génie-Ologique » qui illustre cet article !

Regardez bien cet arbre aux écus d’or : c’est une merveille ! Cela ne vous donne pas l’envie d’en faire autant ? N’ayez pas peur, n’ayez aucune gêne, la campagne continue, et nul ne vous fera reproche de quoi que ce soit ! Chacun son rythme ! Chacun sa bourse ! C’est le principal !


Grâce aux Génies Givrés Donateurs, le ciel s’éclaircit, et nous allons bientôt pouvoir lancer des événements de plus en plus fous, de plus en plus étonnants, de plus en plus givrés pour le plus grand plaisir du public !

Un public qui enfle à chaque spectacle, et qui suit pas à pas ce que lui proposent les programmatrices du festival.

Celles-ci mettent la dernière main à la programmation de la XIV° édition, dont pouvons déjà livrer, en illustration de ce texte, (mais sans toutefois en dire plus pour ne pas déflorer l’effet de surprise), quelques images muettes et subliminales…

A vous de deviner ce qui se cache derrière… !

 

 

 

En attendant mieux, notez bien sur vos agendas les quelques « gâteries apéritives » auxquelles vous êtes d’ores et déjà conviés en JUILLET à LA FABRIQUE (Savigny-sur-Grosne – 71460), nouvel espace culturel de proximité qui prend actuellement son essor en multipliant les bonnes surprises :

Ce mois-ci, DEUX NOUVEAUX ARTISTES GIVRES seront accueillis en Résidence à La Fabrique de Savigny-sur-Grosne, du lundi 2 au dimanche 8 juillet 2012 :

* le CLOWN de THÉÂTRE AMEDEE BRICOLO (Christian Massas), un artiste complet déjà très connu au festival « Contes Givrés », qui présentera en primeur, le dimanche 8 juillet son nouveau spectacle : LE VOYAGE IMAGINE.

* la CONTEUSE Marie-France MARBACH, directrice artistique du festival « Contes Givrés », habituée et pour cause de toutes les scènes d’accueil de l’événement qu’elle sillonne à longueur d’année, qui se produira avec sa dernière création, L’OUTRE HISTOIRE, le samedi 7 juillet à 20h30.

Ces deux artistes seront en « résidence » à La Fabrique du Rêve, du lundi 2 au dimanche 8 juillet 2012 pour travailler et répéter leurs « fabri-ka-tions ».

LA FABRIQUE ! LA FABRIQUE ! Ils ont tous ce mot-là à la bouche en ce moment ! Vous la connaissez ? vous ? la Fabrique ? Non ! Pas encore ? C’est sérieux ? La Fabrique, mais c’est comme les montres « Givrex », on a raté sa vie si on ne connaît pas la Fabrique avant son dixième anniversaire ! Il faut y aller en courant ! Séance tenante !

Car quel dommage que vous ne puissiez pas assister, en direct, à l’envol de cette nouvelle comète culturelle du territoire ! La Fabrique, voyez-vous, c’est un peu comme les Galeries Lafayette, il s’y passe tous les jours quelque chose à La Fabrique !

Et la porte est ouverte à toutes les disciplines artistiques : théâtre, danse, arts plastiques, musique, variétés, marionnettes, cirque, expressions libres, on parle même de … non ! ce serait incorrect d’en parler ici ! Et tout cela dans un bouillonnement torride d’imagination folle, débridée, délirante, dans un esprit d’hospitalité sans limites…, un lieu où l’on est accueilli, affranchi, servi, informé, choyé, dorloté, cultivé même…, si on est patient ! et pas trop exigeant !

A la FABRIQUE, « Ils y aiment ! »

Et surtout, « y zont l’ ….. ! » comme on dit chez les chinois et les saône-et-loiriens…, Traduction pour ceux qui ne sont pas d’ici : Avoir le…., c’est….

Mais il ne faut pas tout vous dire à la fois… ! Gardez l’écoute et vous en saurez plus très bientôt !

Alors, suivez l’…. ! Et faîtes sans plus attendre un tour à La Fabrique ! Vous n’en reviendrez pas !

Geo