Archives du mot-clé côte d’or

On ne peut pas bâillonner la parole…

Si celle d’Ibro (Ibrahima Bah), déjà censurée en Guinée par le Pouvoir, est également interdite en France pour le réfugié politique qu’il est devenu aujourd’hui, celle d’Abakar Adam Abaye, encore libre, la remplace aussitôt !

Comme déjà annoncé sur ce blogue, nous sommes donc contraints de retirer Ibro  de l’affiche cette année, mais il reviendra !

Pour l’heure, faisons connaissance avec son remplaçant malgré lui …, Abakar, dit aussi « l’enfant noir ».

Abakar Adam Abaye (bien garder l’ordre de ses noms svp), nous vient du Tchad. Et il présentera au programme du festival 2010 des Contes Givrés le spectacle « Le Troisième Oeil ».

« Ce qui est raconté ici, c’est l’envers du décor, le contraire des choses, l’ombre des objets et des sentiments, ce qui ne se distingue pas immédiatement au regard, mais que seul un troisième oeil peut révéler.

Rien à voir avec les bestiaires et autres fables exotiques, mais bien avec l’humain, avec ses espérances, ses colères, avec sa tendresse et ses doutes, quand tendresses et doutes sont les deux bâtons de marche de celui qui erre chez les humains.

Enlèvements et résistance, chants qui déchirent la Terre Mère, la transe d’une lame de couteau dans le ventre d’un être nocturne, la répétition scandée d’une voix venue de l’au-delà, voilà les ruisseaux d’un récit qui est conçu pour prendre l’oreille de l’Homme afin qu’il entende une partie de ce que son âme ignorait jusque là.

Accompagné par un n’Goni et un Tambour, Abakar Adam Abaye, a fait de sa voix une chambre d’écho, où la tonitruance traverse les harmonies habituelles.

Abakar Adam Abaye conte à la manière d’une urgence soudaine. Campé au sol et aérien dans sa gestuelle, il délivre plus qu’il ne transmet, ou transmet  comme pour délivrer quelque chose qui serait noué dans les récits ou l’auditoire. Il habite ainsi l’espace sans fioritures, peu d’effets sinon aucun, la main est autant tranchante que le regard cherche à fouiller les esprits, pour s’y engouffrer, tracer des lignes de tension ou d’apaisement. Le chaud et le froid. En même temps. Ou simultanément. Voilà sa façon de dire, égale à sa façon d’être.

Pour ce qui est du lien humain, entre celui qui dit et celui qui entend, c’est une expérience qui est recherchée, toujours et toujours d’une manière renouvelée.

Le Troisième Oeil est à voir à :

  • Digoin (71) le lundi 8 novembre à 20h30
  • Dijon (21) le mardi 9 novembre à 20h30
  • et également au Creusot (71) le mercredi 10 novembre à 20h30

Et ouvrez grandes vos oreilles pour que la parole africaine, loin d’être bâillonnée, s’élève haute et claire cette année au Festival. Et agisse, comme un écho qui se répète, de façon omniprésente ans cette XII° édition « historique »…

———-

Détails pour les réservations et adresse sur le site officiel des Givrés

Jack BON, le Blanc qui BLUES…

Faut-il qu’il ait le blues, Jack BON, pour chanter en noir et blanc !

Mais non ! Il n’a pas le Blues du tout Jack BON ! Il est très content au contraire, car ça lui permet de parler d’un sujet qui le passionne : la complainte musicale de tous les esclaves noirs embarqués de force au siècle dernier pour travailler dans les champs de coton du Mississipi !

Ceux qu’on appelait les « blue devils », ou les « diables bleus » aux « idées noires »… Ceux-là n’ont jamais été « invités » à rentrer chez eux par charters entiers ! Alors ils chantaient la terre natale, la liberté perdue, le désespoir de l’exil, et parfois leur fureur de vivre dans les fers !

Cette « résistance culturelle » leur a permis de traverser les heures troubles de leur histoire, et c’est à partir de quelques notes de musique qu’ils ont reconquis le monde et redoré leur image !

C’est ce « blues-là » que veut chanter Jack BON à son tour, et les Givrés avec lui, pour dire à tous les exilés, à tous les immigrés, à tous les passagers de l’espoir, à tous « les roms et autres gens du voyage » qu’il n’y a pas de malédiction ni de fatalité ! Il n’y a que des forces à vaincre ! Et que la culture d’un peuple est la meilleure arme pour entrer en résistance et gagner ce combat.

Mais Jack BON, c’est aussi un grand de la musique : chanteur-guitariste de « GANAFOUL », power trio qui entre dans la légende avec 6 albums chargés de blues, de boogie et d’électricité. Après la rupture du groupe, il part à l’aventure en solo et enregistre 5 albums dont « Mixed Blues » et « Live and acoustic ».

Il parcourt dès lors les festivals, médiathèques, établissements scolaires, pour transmettre sa passion de la musique afro-américaine avec « Blues Boom », une conférence-concert sur l’histoire du blues. En alternance avec le récit, il interprète à la guitare et au chant des blues représentatifs des différentes époques, des divers thèmes, artistes et styles.

Pourquoi introduire de la musique dans un festival de paroles ? Venez voir et entendre Jack BON, et cette question vous paraîtra alors complètement saugrenue !

Il sera demain, samedi 9 octobre à Saint-Julien-de-Civry (71), puis :

  • dimanche 10 octobre, 15h00 à Ménessaire (21)
  • mardi 2 novembre, 20h30 à Sanvignes-les-Mines (71)
  • dimanche 7 novembre, 18h30 à Sampigny-les-Maranges (71)
  • lundi 8 novembre, 19h30 à Tonnerre (89)
Tous les détails pour les réservations et les lieux sont sur le site officiel des Givrés

———————-

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore comme pour ceux qui l’aiment déjà, voici une belle reprise de Bullfrog Blues


Ibrahima Bah, Cie Alakabon

Nous avions programmé cet article pour présenter le spectacle de  d’Ibrahima Bah qui devait se produire les 8, 9 et 10 novembre à Dijon et au Creusot. Nous apprenons aujourd’hui qu’il ne pourra pas jouer son spectacle…  Réfugié en France depuis le massacre du 28 septembre 2009 qui fit plus de 140 victimes dans un stade de Conakry (Guinée), le conteur a demandé l’asile politique et n’est pas autorisé à… parler ! Je prends la décision de publier de post malgré tout, ne serait-ce que pour vous faire connaître Ibrahima.

Cette compagnie guinéenne choisit pour la troisième fois de mettre en scène un texte de William Sassine qu’elle joue aussi bien sur les scènes africaines qu’européennes. « Vouloir jouer Sassine, désirer faire entendre sa voix, c’est la comprendre de l’intérieur dans la chair des mots ». Et démentir ce que ce grand exilé disait de lui-même : « Je suis écrivain, c’est à dire que j’écris en vain »

Le Zéhéro

Théâtre engagé – tout public + de 13 ans

Aucune dictature n’a pu empêcher le rêve ! Rêve de liberté, hantise d’exilés, ivresse de vivre… Récit à la fois humoristique, cynique et caustique : Camara, le Zéhéro, apprend la mort de Sekou Touré (Président de la république de Guinée de 1958 à 1984). Cette nouvelle libère tous les tabous !

Découvrez aussi la page d’Ibrahima Bah (dit Ibro) et la compagnie Alakabon sur ce site

Marie-France Marbach – Globe Trotteuse

Je vous l’avais promise, la voici… L’interview video de Marie-France Marbach, qui sous l’oeil et le micro d’Eric Simon nous raconte son métier et nous livre quelques extraits de son spectacle « Vice & Vertu »

Attention Fragile – Théâtre Forain

En 2009, un seul petit homme jouait tout Shakespeare dans une roulotte et une tente plantées dans la cour du collège. En 2010, 6 grands gamins incarnent les bandes de la guerre des boutons dans un chapiteau aux allures de terrain vague.

La Guerre des Boutons

Même pas mal – tout public + de 7 ans

Une fanfare, des clowns et la guerre… des boutons mais la guerre quand même ! Une véritable tragédie enfantine, la comédie, la parodie, de la gravité des jeux d’adultes. Des coups, des injures, des blessures, des humiliations. Des surprises, de la peur et du rire : La guerre des boutons est une histoire trop grave pour ne pas être traitée avec légèreté !

Résidence 2010

  • mardi 12 octobre, 20h30 – Montchanin (71)
  • vendredi 15 octobre, 20h30 – Montchanin (71)
  • dimanche 17 octobre, 15h00 – Montchanin (71)
  • lundi 18 octobre, 20h30 – Montchanin (71)

Bisbille

Cabaret-spectacle

Point d’orgue festif de la résidence de la Cie. Où les comédiens et toutes les générations ayant participé aux ateliers de la semaine témoignent autour de l’enfance, des bagarres, des torgnoles, des bonheurs…

  • mercredi 20 octobre, 18h00 – Montchanin (71)

————————-

Là non plus, pas de video disponible… Rendez-vous sur le site web de la companie

Et découvrez aussi ce qu’en pense Vincent Cambier (Les Trois Coups)

Givrés au Collège

Avec l’ouverture imminente du Festival (le 5 octobre pour les oublieux), les fameuses prestations « Givrés au Collège » vont  pouvoir reprendre, et Marie-France s’y prépare.

« Vous m’avez fait très peur quand vous êtes entrée. C’était super bien… mais ça doit être dur de retenir tous ces contes… Enfin ça met du baume au cœur  de les entendre. Être conteuse, ça doit donner de l’espoir aux personnes. C’est un métier super bien ! J’espère que vous reviendrez l’année prochaine. » Lauryne Oudy – 6ème B – Collège Louis Aragon de Imphy/58.

Beaucoup de témoignages comme celui-ci sont parvenus à Marie-France, et plusieurs seront égrenés sous cette rubrique.

Pour bénéficier de ces interventions, il faut bien sûr en faire la demande : soit au Conseil Général, soit à l’Inspection Académique, soit à la BDP de votre département. En informant également Antipodes.

Et abonnez-vous surtout au Blog des Givrés pour en savoir plus sur le fil des événements…

Didier Kowarsky, semeur de doutes

Pas tout de suite (la vie, la mort)

Tout public + de 8 ans

Il nous mène en bateau dans les méandres des contes d’origine diverses, merveilleux, exotiques ou saugrenus, comme s’il cherchait à y dénicher quelque mystère jubilatoire. « Ce sont des histoires à dormir debout, entre le point de vue du spectateur et le mien, le rêve apparaît en relief. » Au conteur, il lui manque quelque chose et c’est le public qui l’a…

Les dates et les lieux

  • samedi 9 octobre, 20h30 – Flogny-la-Chapelle (89)
  • dimanche 10 octobre, 15h00 – Chauffailles (71)
  • lundi 11 octobre, 20h30 – Lans (71)

Plus de détails sur le site officiel du Festival

————————————————–

Pas d’images disponible pour Didier, mais du son !

Découvrez des extraits de son spectacle « les Oiseaux » sur Myspace

givre2009

Les Conseils du PDG (Petit Débrouillard Givré) pour le Festival

Conseil N° 1 – Se procurer la belle plaquette Programme ou, à défaut, se procurer le Coup d’Œil. Toutes les Bibliothèques Municipales ou les offices de tourisme pourront vous servir. Ou demander à Antipodes. En cas d’impossibilité, volez ces documents à votre voisin…

Conseil N° 2 – Attention : ne pas confondre Plaquette et Coup d’Œil : ces documents diffusent la même information, mais de façon complémentaire. La Plaquette présente tout le programme, le  Coup d’Œil n’en donne qu’un aperçu.

Conseil N° 3 – Quand les spectacles sont annoncés avec « Réservation », prenez soin de bien réserver en téléphonant au numéro indiqué, car les places sont alors vraiment limitées…

Conseil N° 4 – Respecter les horaires indiqués par respect pour les artistes, les organisateurs, et les spectateurs qui font l’effort d’être ponctuels

Conseil N° 5 – Enfin pratiquez le covoiturage chaque fois que vous le pourrez. C’est simple, économique et agréable pour tout le monde. Et en plus, ça crée des liens. Pour les Saône-et-Loiriens : www.covoiturage71.fr