Archives du mot-clé automne

CONTES GIVRES 2014 – XVI° EDITION

tampon 2013Les inscriptions pour l’accueil en 2014 de la XVI°

Édition du Festival des CONTES GIVRES sont OUVERTES !

Et ce, jusqu’au 15 février 2014, DATE-BUTOIR IMPÉRATIVE ! Continuer la lecture de CONTES GIVRES 2014 – XVI° EDITION 

MONTCEAU en POLE-POSITION !

Imaginaire et RŽsistance 2013Dans le cadre du Festival « CONTES GIVRES », le Collège JEAN-MOULIN s’est jeté à corps perdu, les 9 et 10 novembre dernier, dans le torrent aussi turbide qu’impétueux libéré par Antipodes sous le nom « Imaginaire et  Résistance ».

Continuer la lecture de MONTCEAU en POLE-POSITION ! 

LA PEUILLEU fait de la résistance…

oiseau envolVous l’avez déjà lu ce bouquin qui défraye la chronique dans le pays ?

LA PEUILLEU ?

Ne vous en privez pas, et plongez-vous tout de suite dans un texte brûlant dès les premières lignes.

– « Quand la vie s’accouple avec l’enfer, il faut cracher leurs embryons » lui disait le médecin du sanatorium. « Crachez ! »

Elle avait tant craché, chaque jour, pendant neuf mois dans ce sanatorium… qu’elle sentait encore sur ses lèvres des traces de petits morceaux de bronches.

– « Humez cette odeur de bronche morte, disait le médecin. Vous sentez ? Souvenezvous-en. C’est l’odeur de la mort qui vous fuit. La mort chassée par votre instinct de vie qui gronde, là, au plus profond, ça gargouille. Vous entendez ? C’est là que ça lutte. Au plus profond de vos tripes. C’est une lutte tripale… La tripe respectable refuse de vivre avec un poumon mité par la misère. Elle a besoin d’air la tripe respectable. Elle a besoin de poumons sains. De poumons qui savent briser les griffes de la misère entre leurs côtes. Qui savent mettre de l’air entre les côtes et les misères. Entre les côtes et les mères qui appellent leur fille « La Peuilleu ». Elle vous appelait vraiment la Peuilleu ? Vous savez d’où ça vient « Peuilleu » ?

– « Ma prononciation. J’prononçais qu’les « peu », pis les « leu »…

– « De pouilleux ça vient. Votre mère vous insultait à chaque fois qu’elle prononçait votre nom. Et même si elle ne le savait pas, vos poumons, eux, le savaient… Et ils se sont conformés à l’image qu’on leur imposait. Ils sont devenus des peuilleux…« 

CouvLaPeuilleuOK

A travers l’écriture au scalpel et profondément humaine de Patrick Grégoire, Josette se raconte ainsi pendant 130 pages, entre l’ENFANCE, l’ERRANCE et la  RÉSISTANCE. Elle raconte tout simplement l’indicible… Et comment, grâce à ses prodigieuses facultés d’imagination, elle a pu résister à l’inimaginable…

Cet ouvrage est disponible à l’Association ANTIPODES – 71460 – SAINT-MARCELIN de CRAY – Tel. 03 85 21 61 91

Pour commander votre ouvrage, vous pouvez télécharger ici le bon de commande. 

 

XV° Edition du FESTIVAL CONTES GIVRES de BOURGOGNE

tampon 2013EN BREF

La XV° édition du Festival « CONTES GIVRES en BOURGOGNE » est programmée du 5 OCTOBRE au 15 NOVEMBRE 2013, et comptera 70 représentations, dont 49 en Saône-et-Loire, 11 dans l’Yonne, 7 dans la Nièvre et 3 en Côte d’Or.

Les artistes engagés (49 professionnels intermittents du spectacle) seront accueillis sur 63 scènes, et accompagnés in-situ par les animateurs de l’association ANTIPODES qui organise ce Festival, sous la Direction Artistique de la conteuse Marie-France Marbach.

Une présentation officielle de cet événement aura lieu le JEUDI 19 septembre à partir de 17h30 au Gîte Rural de Chevagny-sur-Guye en Saône-et-Loire (71220), en présence de plusieurs artistes programmés d’une part, des représentants des structures d’accueil d’autre part, à qui seront alors remis tous les documents d’information nécessaires à la communication.

Sont bien sûr invités à ce rendez-vous convivial autour de tables garnies, tous les partenaires de PRESSE qui relaient habituellement la manifestation, tous les partenaires, institutionnels ou privés, qui apportent leur soutien au Festival, et toutes les bouches qui peuvent alimenter le BUZZ et donner de « la turbitude à la turbidité de tous les courants qui tourbillonnent autour des paroles givrées du grand RADIO-TROTTOIR » de l’événement. On en parle déjà dans LANDERNAU, c’est dire…

La Directrice du Festival, Marie-France Marbach saisira cette occasion pour présenter également les moments « forts et phares »  de l’opération « IMAGINAIRE et RÉSISTANCE« , véritable givrosphère  programmée les samedi 9 et dimanche 10 novembre 2013 au Collège Jean-Moulin de Montceau-les-Mines, avec pas moins de 14 ATELIERS et SPECTACLES étonnants, divers, inédits, insolents, accrocheurs et provocateurs pour interroger l’imaginaire et découvrir ensemble les plages de résistance qu’il peut apporter dans nos vies et dans la société.

Ne manquez pas surtout ce rendez-vous important avec une pléiade d’artistes, de journalistes, d’élus et de militants de l’agitation culturelle sur notre territoire, d’abord bourguignon bien sûr, mais aussi au-delà des murs…

Une bonne façon d’entrer de PLAIN-PIED, et même d’un BON PIED dans la nouvelle saison, d’une manière forte, audacieuse, dynamique, optimiste et « sportive », en faisant UN GRAND BOND EN AVANT…. !

Geo

CONTES à REBOURS chez les GIVRES

compte-a-rebours

Chez les Givrés le « COMPTE à REBOURS » est enclenché !

Et l’heure est venue de mettre à jour les calendriers !

 Car le Festival « CONTES GIVRES » est un événement culturel aux saveurs multiples, que l’on peut apprécier chaque année, et s’il n’est pas encore fréquenté comme un « sport d’hiver », il est sur le point d’y parvenir.

A l’instar de la Saint-Nicolas pour les enfants, de la Sainte-Barbe pour les mineurs, de la Fête du Livre pour les lecteurs, ou du Père Noël pour tout le monde, le festival CONTES GIVRES est en passe d’entrer dans le rituel des « incontournables »… ! Pas pour ajouter à la consommation, non, mais pour donner un PLUS au PLAISIR ! Et faire pétiller, en automne, les yeux, les oreilles et les neurones !

L’équipe du festival « planche » en ce moment sur la programmation de la XV° édition qui, notez-le, aura lieu du 5 octobre au 10 novembre 2013, avec un « rebond d’humour » le 15 novembre... en recevant FELLAG sur la Scène Nationale du Creusot !

index

ET, EN PLUS, un ÉVÉNEMENT EXCEPTIONNEL d’ores et déjà annoncé au COLLÈGE JEAN-MOULIN de MONTCEAU-les-MINES les 9 et 10 novembre 2013 :

L’OPUS III de l’irrésistible opération « IMAGINAIRE-et-RESISTANCE »…

(suite dans les prochaines éditions de ce BLOG qui donnera tous les détails, et il y en a ! de ce véritable « bouillon » de cultures !)croque

ette programmation sera proposée prochainement aux 57 scènes d’accueil de Bourgogne qui ont fait appel au festival, et communiquée officiellement à la presse et au public dans le cadre du désormais célèbre « CROQUE-GIVRES » prévu cette année le jeudi 19 septembre 2013 à CHEVAGNY-sur-GUYE.

 

Enfin, le STAGE d’ETE est fixé cette année du 16 au 21 août, encore et comme toujours à…, à….à Che….Cheva…. CHEVAGNY-sur-GUYE, of course – 71220, BRAVO ! TOUT SEUL ! Vous avez vraiment trouvé TOUT SEUL ? on ne vous a pas un peu aidé ? C’est donc que CHEVAGNY-sur-GUYE devient « tendance… », « IN », « glamour… ». en un mot « POPULAIRE «  quoi !

Quand certains privilégient les CHOCS de simplicité, les CHOCS de compétitivité, ou encore les CHOCS d’intégrité, Chevagny-sur-Guye, humble bourgade de 74 habitants, qui a fait de l’accueil sa vocation première, pourrait ajouter à tous ces chocs celui qui le caractérise le mieux, et qui s’appelle tout simplement « HOSPITALITÉ ! »

CHEVAGNY-sur-GUYE, ou le CHOC de

l’HOSPITALITE !

Geo

 

 

 

Tout va très bien Madame la Marquise… !

PETIT SLAM DECOMPRESSEUR…

Tout va très bien, Madame la Marquise, tout va très bien, tout va très bien !

Pourtant il faut, il faut que l’on vous dise, on trouve de tout sur la banquise !

Des p’tits miracles, des grands bonheurs,

Des gens qui donnent sans compter,

D’autres qui donnent envie d’gerber !

Des régisseurs à la dérive,

Des bénévoles à temps complet,

Des fonctionnaires qui s’donnent de l’air,

Des responsables sous la table,

Des permanents intermittents,

Salles réservées mais déjà prises,

Petits scandales très ordinaires,

Hospitalités (très) mesurées,

Et d’autres (dé) mesurées,

Climat scolaire qui sent la crise,

Qui sent la mouise,

Engagements foulés aux pieds,

Quelqu’incidents, deux trois bêtises !

Des petits riens, du rififi sur la banquise,

Mais à part ça, Madame la Marquise, tout va très bien tout va très bien !

En préparation, un bref bilan général illustré…

Ibro n’est pas n’importe qui

Quand l’équipe de tournage de Françoise Ebrard s’offre un peu de délassement dans le restaurant d’une rue animée de Conakry, elle est sur le coup séduite par ce jeune serveur adolescent qui accueille tous les clients avec sourire et humour au bout des lèvres.
La réalisatrice observe le garçon, œil vif, aisance et déjà un talent tout naturel de comédien.
Elle comprend que ce garçon n’est pas n’importe qui et lui propose un des deux rôles principaux du film qu’elle est venue réaliser en Guinée, « Quelque part vers Conakry ».
Ibrahima Bah, qui avait déjà adopté le surnom-diminutif « Ibro » démarre ainsi sa carrière de comédien, en grimpant le tapis rouge de Cannes où le film est primé Caméra d’or en 1992.

Cette première expérience est fondatrice. Ibro sera comédien. Il continue son apprentissage auprès de l’Institut National des Arts de guinée, au sein du ballet Djoliba, jusqu’à venir prendre place au sein de la troupe nationale. Curieux et enthousiaste, il multiplie les collaborations avec les compagnies guinéennes mais aussi étrangères dont les françaises Générik Vapeur, Cartoon Sardines, Tartare. Ibro investit toutes les scènes des théâtres d’Afrique et devient une des figures de la jeune génération théâtrale de Guinée.
C’est après quelques années de métier qu’il décide de fonder sa propre compagnie. Elle aura pour nom « Alakabon Théâtre de Guinée ».

Ibro a une idée en tête. S’attaquer à l’œuvre de l’auteur guinéen Williams Sassine, décédé il y a peu de temps. Pour Ibro, qui mieux que Sassine chez les contemporains décrit avec cet humour féroce, l’absurdité et les travers d’une dictature de plus de trente ans, les faiblesses d’une société marquée par la colonisation, la vie d’un pays et d’un continent avec ses travers et ses grâces. Monter chaque texte de Sassine et porter son œuvre au-delà des frontières, voilà un projet de compagnie qui tient en haleine.

Après « L’Afrique en morceaux » et « L’Homme de sable », « Le Zéhéro n’est pas n’importe qui » est adapté pour la scène. Ibro y campe le personnage principal, un exilé de la dictature guinéenne, qui à la mort du chef d’état que tout le monde nomme PDG, se retrouve malgré lui, un héros de l’opposition au régime. Du caustique.

C’est cela qu’Ibro aurait eu le bonheur de vous montrer. Mais il en est autrement. Le comédien a revêtu malgré lui la situation du personnage qu’il incarne. La situation politique actuelle de la Guinée est très perturbée depuis deux ans. La grande violence des affrontements urbains de septembre 2009 et leurs poursuites ont poussé Ibro à faire la demande de l’asile politique en France. La procédure de l’asile politique est complexe, régie par un organisme d’Etat, l’OFPRA, Office Français pour les Réfugiés et Apatrides. La demande d’asile est basée sur l’examen de la dangerosité de la personne à retourner dans son pays pour justifier sa mise en sécurité sous notre drapeau.

La demande d’Ibro dure depuis janvier, soit plus de dix mois désormais. Le délai officiel pour réponse de l’OFPRA est en théorie de 6 mois. La situation politique en Guinée est en statu quo. Le deuxième tour des élections présidentielles a été reporté 2 fois en 3 mois pour cause d’affrontements et d’incendies de bureaux de vote. L’OFPRA ne décidera du sort des demandeurs d’asile guinéens que lorsque la situation politique du pays sera stabilisée. Nous pouvons désormais gager que cela durera encore un temps.

Ibro attend. Il attend qu’on lui donne une réponse, si oui ou non son asile sera accepté par la  France. Dans cette attente, Ibro vit en France légalement sous les conditions du demandeur d’asile. C’est-à-dire que ces derniers, puisque que l’on n’a pas encore statué sur leur cas, n’ont pas l’autorisation de travailler sur notre territoire. C’est bien là, le principal revers que la demande d’asile impose.

Le travail des étrangers en France est soumis à des règles très scrupuleuses et les conditions d’accès au travail ont été très drastiquement resserrées ces dernières années. Ibro est soutenu par la Cimade, organisme d’aide aux demandeurs d’asile et réfugiés, il a un réseau de soutien professionnel et amical en France qui lui permet d’endurer l’épreuve de l’attente et de la privation de son droit à travailler.

Le festival a fait tout ce qui était en son pouvoir pour permettre à Ibro de se tenir devant vous ce soir. Vous informez sur la non-tenue de ce spectacle permet aussi de mettre le doigt sur la difficultés de certain artistes à montrer leur travail, à circuler, à vivre librement. C’est une réalité que nous continuerons ensemble à combattre. Et nous sommes sûrs que la venue d’Ibro sur le festival ne sera que partie remise.

Devant l’incapacité de pouvoir faire autrement, le spectacle d’Ibro « Le Zéhéro » a dû être remplacé. Vous allez donc entendre Abakar Adam Abaye, une autre voix d’Afrique, mais une voix voisine et commune dans la nécessité de parler autrement de ce continent, de faire voler les clichés les éclats, de dire par le conte et l’imagination un réel qui parfois dérange.

Ouvrez grand vos oreilles, c’est parti !
Valentine Racine, Frontal

—————————

Caméra d’or « Quelque part vers Conakry » de Françoise Ebrard

retrouver ce média sur www.ina.fr

Jack Bon sera dimanche 7 novembre à Sampigny-les-Maranges et le 8 novembre à Tonnerre

Mais qu’est-ce qu’on peut bien faire un dimanche 7 novembre à 18h00 à Sampigny-les-Maranges (71) ?

Eh bien se dire qu’on va à Sampigny-le-Dimanche pour voir et écouter Jack BON par exemple, ce blanc qui blues, et qui joue avec sa gratte tout en chantant l’Histoire du Blues. Ca en fait des choses à faire !

Sans compter qu’on peut aussi dîner sur in-situ après le concert, en réservant cependant sa place au 03 85 91 12 99

Si vous manquez cette opportunité, vous pourrez encore voir Jack BON le lundi 8 novembre à 19h30 à Tonnerre (89) dans les mêmes conditions, mais en réservant cette fois votre repas au 03 86 55 03 82.

Pour en savoir plus sur Jack BON et son bourdon du blues, se reporter à un texte antérieur sur ce blog.


Didier Kowarsky, semeur de doutes

Pas tout de suite (la vie, la mort)

Tout public + de 8 ans

Il nous mène en bateau dans les méandres des contes d’origine diverses, merveilleux, exotiques ou saugrenus, comme s’il cherchait à y dénicher quelque mystère jubilatoire. « Ce sont des histoires à dormir debout, entre le point de vue du spectateur et le mien, le rêve apparaît en relief. » Au conteur, il lui manque quelque chose et c’est le public qui l’a…

Les dates et les lieux

  • samedi 9 octobre, 20h30 – Flogny-la-Chapelle (89)
  • dimanche 10 octobre, 15h00 – Chauffailles (71)
  • lundi 11 octobre, 20h30 – Lans (71)

Plus de détails sur le site officiel du Festival

————————————————–

Pas d’images disponible pour Didier, mais du son !

Découvrez des extraits de son spectacle « les Oiseaux » sur Myspace