L’aubier, ça se mange ? Non, ça se peint !

Crédit : Julien LagrangeL’aubier, ça se mange ? Non ! pas encore ! ça viendra peut-être ! Mais pour l’heure, par contre, ça se peint !

C’est ce que démontre la plasticienne Marie Jourdain en « explosant » la Galerie Européenne de la Forêt et du Bois de Dompierre-les-Ormes, avec « l’érection spontanée » d’un bosquet formé de 13 GRANDS TOTEMS d’AUBIERS PEINTS, dont les teintes vives éclatent littéralement dans ce splendide et riche décor d’un environnement couleur bois, clair ou sombre selon les essences, et sautent aux yeux des visiteurs.

« L’art des jardins s’agrémente parfois de personnages curieux, d’animaux divers hauts en couleurs », dit-elle en présentant ses oeuvres. Et de fait, chaque totem raconte une histoire, parle d’un symbole, met en scène des personnages, décrit un paysage pour qui sait lire à travers les signes…

Parallèlement au travail d’illustratrice qu’elle exerce au Festival CONTES GIVRES en BOURGOGNE (c’est elle, par exemple, qui crée depuis 14 ans le LOGO-PORTEUR de chaque édition et qui, avec d’autres compagnons d’atelier, dont Pauline Bonnard, Marie Galle, ou le photographe Cyril Charles-Messance, contribue à enrichir et à diversifier l’iconographie des documents de communication), c’est donc elle, Marie, qui conçoit et « brosse », à la demande, des fresques ou peintures murales sur des bâtiments publics ou privés, à l’intérieur comme à l’extérieur.

Crédit : Julien Lagrange

Voir par exemple les peintures murales du Gîte Rural de groupe de Chevagny-sur-Guye, ou celles du Pont-Bascule de Saint-Marcelin de Cray, ou encore celles qui fleurissent sur plusieurs maisons individuelles de ces deux localités. La coursive centrale de La Fabrique à Savigny-sur-Grosne porte elle aussi un éloquent témoignage de son passage dans cet équipement. Exerce-t-elle parfois ses talents dans le cadre d’ateliers scolaires ? La réponse est OUI, à La Guiche et bientôt à Montceau-les-Mines.

Souple, éclectique et imaginative, Marie peut bien sûr intervenir, avec d’autres plasticiens, dans la réalisation et l’édition de cartes, gravures, affiches, expositions… Enfin elle participe activement à la réalisation du BESTIAIRE où le Festival puise les mascottes qui caracole à la UNE de ses éditions : l’AUTRUCHE de l’édition 2011 (avec Stéphane Goldblum), et le TIGRE de l’édition 2012 (avec Marie Galle, exposé pour l’heure, jusqu’au 10 novembre, à l’ECLA de Saint-Vallier). D’autres « bestioles » de ce type sont dans les tuyaux pour les prochaines éditions… Alors attention ! Surprise, surprise !….

Crédit : Julien Lagrange

En attendant l’arrivée de cette ménagerie givrée, chacun peut déjà faire un tour à La Galerie Européenne de la Forêt et du Bois pour découvrir, entre autres réalisations sur bois dues à l’imagination fertile et débridée de plusieurs créateurs (sculpteurs, ébénistes, charpentiers…) les AUBIERS peints de Marie. (jusqu’au 10 novembre 2012).

Et pour les claustrophobes, l’écrin de verdure qui entoure la Galerie offre un cadre environnemental admirable pour prendre, au coeur de l’arboretum ou au bord du lac, un grand bol d’air pur et régénérateur !

 

En voilà une bonne idée qu’elle est bonne ! QUE DU BONHEUR !

Geo

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *