Archives pour la catégorie Livre

Josette DEDICACERA « La Peuilleu » samedi 23 novembre au Super U de Saint-Bonnet

Le livre « LA PEUILLEU » édité par les Editions ORPHIE de Chevagny-sur-Guye, fera l’objet d’une vente avec « dédicaces » signés par Josette le Samedi 23 novembre dans la journée au nouveau magasin SUPER U de Saint-Bonnet de Joux (71220).

Continuer la lecture de Josette DEDICACERA « La Peuilleu » samedi 23 novembre au Super U de Saint-Bonnet 

LA PEUILLEU – Recueil d’opinions III

14 novembre 2013 – d’autres commentaires continuent d’affluer sur la PEUILLEU…. de Odile PURAVET – Bibliothécaire au Pays de GUEUGNON

« C’est assez tragique, quoique belle résilience ! Leçon de courage et de bagarre de vie ! On verra Josette autrement.

« Quant à l’écriture, c’est enlevé, très intelligent, subtil souvent, drôle parfois.

« Ce décalage entre une parole un peu hachée, maladroite, et la pensée vive et particulièrement maligne, est parfois gênant, mais c’est ainsi la vie, la vie de La Peuilleu.

« On sent une urgence dans l’écriture, comme un trop-plein de vie sous des épaisseurs d’inhibitions et de pudeur et de timidité. Un bouillonnement ingérable prêt à engloutir ou à faire exploser ! Toujours sur la corde raide.

« On espère que Josette a trouvé une sérénité avec son « Vole-Va-Gêne », et que Patrick devra ré-éditer après le Festival.

« Chapeau-Bas à la Dame Josette pour son courage, et bon vent à ce récit bouleversant et sensible ! »

 

d’une lectrice de Dijon, ce témoignage partagé par beaucoup d’autres lecteurs…

* « J’avoue que j’ai eu du mal à entrer dans ce livre… Je l’ai même mis de côté …  Peut-être le style ?

Puis je l’ai repris, !                                                                                                                                                                                                                                           et… je l’ai aimé ! Un sacré personnage en effet, drôle et attachant ! Passer de « bonne à rien à bonne à tout faire ! »

* Puis je suis allée écouter un « Conte Givré » à Dijon, un dimanche.  (en fait La Mère des Histoires, par les Dégivreurs. NDE)

Ce qui m’a frappée, c’est le plaisir et la joie des conteuses sur scène.

 

Si vous avez un commentaire à faire sur LA PEUILLEU ou sur un spectacle du Festival, n’hésitez pas, nous le publierons. Merci.

Geo

 

BIBLIOFLASH IV – (les Morsures de l’Ecriture – suite)

Sous la Rubrique « MORSURES de l’ECRITURE », le BLOG des Givrés a déjà publié trois BIBLIO-FLASH :

– le premier à propos du livre de poèmes « L’ECHAPPEE » écrit par Christine Billard Directrice-Adjointe de la BDP 89,

– le second concerne « LA PEUILLEU », un récit de vie écrit par Patrick Grégoire, comédien, metteur en scène et écrivain,

– le troisième est une « BALADE BUISSONNIERE et GOURMANDE… en Bourgogne du Sud » due à la plume de Fabienne Croze du « Cabinet Ecoute et Plume ».

– en voici maintenant un quatrième, très différent des trois premiers en ce sens où l’auteure, Marie GALLE, déjà connue ici pour ses aquarelles et ses superbes croquis d’artistes, traite d’un sujet d’Histoire Ancienne abondamment illustré par ses soins, et présenté dans un coffret cartonné fabrication-maison : BOADICEE, la REINE REBELLE. (Cet ALBUM est édité par l’Atelier TIPEA, Editions d’Art Digigraphique, à Sennecé-les-Macon.)

Connue grâce aux écrits de deux historiens classiques, Tacite et Dion Cassius, BOADICEE est un personnage historique entré en rébellion contre l’Occupant Romain qui fait régner une loi toujours plus arrogante, avide et injuste chez les tribus Celtes indigènes.

BOADICEE est l’épouse de Prasutagos, chef  « roi » du puissant clan des Icènes. En l’an 60, à la mort de celui-ci, son testament ainsi que la tradition Icène font d’elle la régnante du Clan.

Or, pour la loi romaine, cela est inconcevable, une femme ne pouvant détenir un tel pouvoir. Le Gouverneur romain, faisant fi du testament, décide de s’approprier purement et simplement du territoire des Icènes, bêtes et biens compris, prévoyant déjà de réduire une partie de la population en esclavage.

Quand BOADICEE s’y oppose, le romain la fait flageller en public, et ordonne le viol de ses deux filles mineures par des légionnaires.

L’humiliation est telle que BOADICEE entre en guerre contre les romains, soutenue par des tribus voisines chez qui la révolte couve depuis longtemps. Son armée grandissante va détruire la ville romaine principale, Camulodunum, l’actuelle Colchester, pour ensuite mettre le feu à Londres et à St. Albans.

La réaction des romains est violente et tourne au massacre. Devant la redoutable efficacité des Légions, BOADICEE et son armée succombent, permettant à l’ennemi d’occuper la Grande Bretagne pendant encore 400 ans !

Comme JEANNE d’ARC, BOADICEE est entrée dans l’Histoire par sa Résistance à l’envahisseur.

Pour se procurer ce livre, écrire à Marie Galle – manichri@gmail.com

Geo

BIBLIO-FLASH – les piqûres de l’écriture (suite)

Fabienne CROZE « pratique » l’écriture comme elle respire. Toujours sur les routes, elle traque l’information comme on traque le gibier. Mais si le gibier peut nourrir le chasseur, l’information, elle, est ingrate et ne nourrit personne. Elle le sait bien Fabienne Croze qui, négligeant les armes à feu, a fait le choix de vivre de sa plume…, en ouvrant un cabinet d’écrivain public. De « l’Ecoute à la Plume » ça s’appelle. (http://ecoutetplume.com)

Donc elle écrit. Du matin au soir, elle écrit. Pour qui ? Pour quoi ? Le sait-elle ? Elle écrit, et elle couvre des pages entières de journaux pour annoncer  les bonnes NOUVELLES de la vie culturelle de toute la région. Elle en trouve, parfois, si, si. Et si elle veut bien les partager avec le JSL en sa qualité de correspondante de presse, c’est qu’elle est généreuse !

Bref, vous aurez compris qu’elle souffre d’une grave morsure de l’écriture elle aussi : biographies, discours, historiques, mémoires, billets d’amour…, sa plume est polyvalente. Et si vous voulez en savoir plus : (fabienne.croze@ecouteetplume.cpm). En principe, elle répond toujours…

Ca ne vous suffit pas ? Alors accompagnez-la dans cette « BALADE BUISSONNIERE et GOURMANDE… en BOURGOGNE du SUD » qu’elle a rédigée avec Laurence Duquesne et éditée chez Thoba’s éditions à Roanne (42300) – 14 rue Brison (contact@thobas-editions.fr). Avec de très beaux dessins de Michel Bouillot à qui est dédicacé ce livre, des anecdotes, des recettes de cuisine, et bien entendu des photographies. (Fabienne CROZE fait partie du groupe des « Dégivreurs » du Festival CONTES GIVRES en BOURGOGNE.

Geo

LA PEUILLEU – recueil d’opinions II – (12/10/2013)

Fabienne FOILLARD-CROZE – Rédactrice de « ECOUTE et PLUME » – Sainte-Foy – (71110) a écrit :

« J’ai commencé en me couchant, et je ne l’ai pas lâché jusqu’à la fin : la nuit était fort avancée. Il y a des choses que nous savions déjà, mais pas tout et puis, sous la plume de Patrick Grégoire !!! Je venais de lire « L’homme qui rit » de Victor Hugo… Il y a des vies de misère ! Il y a des désirs de vie, de vrais instincts de vie, des rencontres surtout, et sans ces rencontres que serait devenue LA PEUILLEU ? Il en est une , en particulier, non avec « une grande dame brune » mais avec « une grande dame rousse »… Et il y en a eu certainement bien d’autres, sans parler des oiseaux, ses compagnons vers son grand voyage de liberté… Et puis, comme le dit Benjamin Constant, « Le caractère est tout ! ». Et du caractère, elle en a à revendre, Josette ! – « Josette, que seraient les Dégivreurs sans une personne comme toi ? On est tous (même avant la parution de ce magnifique ouvrage) bien heureux de t’avoir comme partenaire ! »

 

Catherine DASTE – comédienne, écrivain, metteure en scène – Marraine du Festival Contes Givrés – Ivry-sur-Seine – (94200) a écrit :

« LA PEUILLEU » est un petit roman très stimulant.

Non, ce n’est pas un roman, c’est un « témoignage » écrit par un romancier, plus proche de la réalité.

Plus fidèle parce qu’infidèle.

Et il nous aide à « piocher dans la vie pour enterrer la mort ».

Là n’est pas sa moindre qualité.

Passionnant.

 

« LA PEUILLEU » : recueil d’opinions

« LA PEUILLEU », ce livre écrit par l’écrivain Patrick Grégoire d’après les récits de vie de Josette G. (ex-chevrière-fromagère de Chevagny-sur-Guye, 71220, enregistrés sur magnétophone). commence à faire du buzz. Cris de misère ? Cris de révolte ? Cris de joie enfin ? Qu’on en juge à travers ce petit recueil d’opinions !

Anne-Marie PERE, Bibliothécaire à la MEDIATHEQUE de PARAY-le-MONIAL – 71600                                                                                                 « Je viens de terminer la lecture de ce livre ; quelle claque ! Le témoignage d’une vie très difficile, confrontée à la misère, à la violence, mais avec une telle force de vie et de résistance qu’on ne peut qu’être profondément et sincèrement admiratif ; et puis se dire aussi que la vie est la plus forte, que les oiseaux sont de beaux compagnons de route dans leur petitesse et leur vulnérabilité.                           Madame Josette je vous salue bien bas…, et merci à Patrick Grégoire pour son écriture…, la Grande Rousse est décidément une belle découvreuse, mais nous le savions déjà ! »

Laure STEFANCZYN, Rédactrice des ECRITS à TRAUBACH le-BAS-68210                                                                                                                              « J’ai terminé La Peuilleu en 3 soirées de lecture ; car c’était très… comment dire, c’était, c’est très vrai. La Peuilleu terminée, je suis de suite passée à la lecture de « Lire et Délire », du même auteur, que je n’avais pas encore eu le temps de lire… Pourquoi me gaver d’affilée deux livres de cet auteur ? C’est simple, j’aime le style de Patrick Grégoire qui, à travers son écriture laisse leur identité complète aux personnes entendues, il est là, il joue son rôle d’écrivain, mais en même temps il s’efface pour ne laisser sous le projecteur que l’essence même de la parole confiée. LA PEUILLEU, c’est un peu une preuve de la victoire de la lumière sur les noirs tréfonds de l’enfer ! »

Christian MASSAS, alias le clown AMEDEE BRICOLO – ORLEANS – 45000                                                                                                                                A peine tournée la dernière page, l’opinion de Bricolo est faite, et il renvoie tout de suite aux mots de Maurice Nadeau* dans sa préface à LA GANA de Fred Deux : « Ce livre baigne tout entier dans cette poésie cruelle et violente qui est celle de l’enfance aux prises avec des mystères trop grands pour elle. Cette poésie transforme le sordide en objet d’art. Elle permet de substituer au dégoût ou à l’apitoiement facile, la révolte. Elle entraîne un ouvrage qui aurait pu n’être que remarquable, et en marge, dans les grandes eaux de la littérature qui aide à vivre. » *Maurice Nadeau est le Fondateur de la Quinzaine Littéraire*

D’autres commentaires arrivant tous les jours, ils viendront enrichir cette chronique d’opinions.

Geo

 

                 

La MORSURE de l’ECRITURE

BIBLIO-FLASH –

En Bourgogne, la morsure de l’écriture est une réalité bien vivante !

I – Avez-vous lu L’ECHAPPEE de Christine Billard ? Directrice-Adjointe de la Bibliothèque Départementale de Prêt de l’YONNE ? Il s’agit d’un recueil de poèmes publié par les Editions de la Renarde Rouge (89510 – VERON) au début de l’été 2013.

A trop « jouer » avec les livres, on prend le risque d’être mordu par l’écriture. C’est ce qui est arrivé à notre amie Christine qui n’a pas pu, (ou pas su ?) résister à « la tentation de la plume… ». La voici donc « auteure » avec ce nouvel ouvrage qui fait suite à d’autres écrits antérieurs, toujours aux Editions de la RENARDE ROUGE : Portulans (1995) – Méridiens (1998) – Arpenteurs de la Terre (2002) – Ronces de Douleurs (2007)

Quitter

la douceur des choses

et plonger

la tête la première

dans une nuit

traversée d’éclairs.

II – En Saône-et-Loire, la nouveauté littéraire est « LA PEUILLEU », un récit de vie écrit par Patrick Grégoire, recueilli après plusieurs interviews successives de Josette G., ex-chevrière-fromagère en retraite résidant à Chevagny-sur-Guye (71220). où s’est installée également depuis quelques années la Maison d’Editions ORPHIE. (sortie en septembre 2013)

Comme Christine Billard, Patrick Grégoire a été mordu par l’écriture: il est déjà l’auteur d’une trentaine de textes de théâtre, trois nouvelles et un roman. Il s’investit aussi dans la formation théâtrale et la mise en scène.

Ces deux auteurs bourguignons interviennent ponctuellement dans le cadre du Festival CONTES GIVRES piloté par Antipodes, et ce à la demande de sa directrice artistique, Marie-France Marbach.

Geo

LA PEUILLEU fait de la résistance…

oiseau envolVous l’avez déjà lu ce bouquin qui défraye la chronique dans le pays ?

LA PEUILLEU ?

Ne vous en privez pas, et plongez-vous tout de suite dans un texte brûlant dès les premières lignes.

– « Quand la vie s’accouple avec l’enfer, il faut cracher leurs embryons » lui disait le médecin du sanatorium. « Crachez ! »

Elle avait tant craché, chaque jour, pendant neuf mois dans ce sanatorium… qu’elle sentait encore sur ses lèvres des traces de petits morceaux de bronches.

– « Humez cette odeur de bronche morte, disait le médecin. Vous sentez ? Souvenezvous-en. C’est l’odeur de la mort qui vous fuit. La mort chassée par votre instinct de vie qui gronde, là, au plus profond, ça gargouille. Vous entendez ? C’est là que ça lutte. Au plus profond de vos tripes. C’est une lutte tripale… La tripe respectable refuse de vivre avec un poumon mité par la misère. Elle a besoin d’air la tripe respectable. Elle a besoin de poumons sains. De poumons qui savent briser les griffes de la misère entre leurs côtes. Qui savent mettre de l’air entre les côtes et les misères. Entre les côtes et les mères qui appellent leur fille « La Peuilleu ». Elle vous appelait vraiment la Peuilleu ? Vous savez d’où ça vient « Peuilleu » ?

– « Ma prononciation. J’prononçais qu’les « peu », pis les « leu »…

– « De pouilleux ça vient. Votre mère vous insultait à chaque fois qu’elle prononçait votre nom. Et même si elle ne le savait pas, vos poumons, eux, le savaient… Et ils se sont conformés à l’image qu’on leur imposait. Ils sont devenus des peuilleux…« 

CouvLaPeuilleuOK

A travers l’écriture au scalpel et profondément humaine de Patrick Grégoire, Josette se raconte ainsi pendant 130 pages, entre l’ENFANCE, l’ERRANCE et la  RÉSISTANCE. Elle raconte tout simplement l’indicible… Et comment, grâce à ses prodigieuses facultés d’imagination, elle a pu résister à l’inimaginable…

Cet ouvrage est disponible à l’Association ANTIPODES – 71460 – SAINT-MARCELIN de CRAY – Tel. 03 85 21 61 91

Pour commander votre ouvrage, vous pouvez télécharger ici le bon de commande. 

 

« LA PEUILLEU »

CouvLaPeuilleuOKC’est quoi ce nouveau truc givré ?

Ah ! pour être givré, c’est givré !

De quoi s’agit-il ? D’un livre ! Tout simplement d’un livre !

D’un livre qui raconte un récit de vie. D’un livre écrit par l’écrivain-comédien Patrick Grégoire d’après un témoignage authentique. Celui confié à l’auteur par Josette, ancienne chevrière-fromagère de Chevagny-sur-Guye.

D’un livre qui, comme La Gana de Fred Deux, « baigne tout entier dans cette poésie cruelle et violente qui est celle de l’enfance aux prises avec des mystères trop grands pour elle «  dit d’elle Maurice Nadeau fondateur de la Quinzaine Littéraire..

Qui ajoute, pour bien enfoncer le clou : « cette poésie transforme le sordide en objet d’art. Elle permet de substituer au dégoût ou à l’apitoiement facile, la révolte. Elle entraîne un ouvrage qui aurait pu n’être que remarquable, et en marge, dans les grandes eaux de la littérature qui aide à vivre. »

Ce livre, dont la création cuisinée dans le creuset d’Antipodes, marquera la XV° édition du Festival CONTES GIVRES en Bourgogne, qui ouvrira à nouveau largement ses portes, cette année, à l’IMAGINAIRE et à la RÉSISTANCE

Car « LA PEUILLEU » est l’exemple même de la force que peut donner l’imaginaire pour résister, précisément, à l’inimaginable !

Cet ouvrage est édité par ORPHIE à Chevagny-sur-Guye, où aura lieu, ce 19 septembre, le CROQUE-GIVRES de présentation de la saison. L’illustration de la page de couverture est signée Marie Jourdain.

Ce livre est disponible à l’Association ANTIPODES – 03 85 24 61 91 – à Saint-Marcelin de Cray (71460) courriel – lezantipodes@free.fr

Pour télécharger votre bon de commande, c’est ici !

Bonne lecture !

Geo

Le Dico farfelu d’Elodie

COUP de COEUR
C’est une très belle « découverte givrée » faite à Strasbourg le mois dernier !

A Strasbourg où les « Petites Vagues-éditions » viennent de publier, dans la collection « Esprit des Vagues » (www.petites-vagues-editions.com), une mine rafraîchissante de vocabulaire farfelu due à l’esprit fantaisiste et plein d’humour de Elodie Pompey, intitulée, fort à propos… : « Le DICO farfelu d’ELODIE ».

C’est un grignotis de mots conçu pour les personnes actives, facile à glisser dans sa poche, que l’on peut consulter à tout moment, selon ses envies et ses besoins. Cet ouvrage s’intègre bien dans la culture actuelle du zapping, mais aussi dans la nécessité que nous avons tous aujourd’hui de résister avec humour à l’académisme, au « trop-sérieux », aux convenances, et à tout ce qui est annoncé comme « obligatoire… »

Née à Metz en 1980, Elodie Pompey est correspondante au journal « Les Dernières Nouvelles d’Alsace », enseigne la langue française à « Trampoline » (association de lutte contre l’analphabétisme à Molsheim (67), et anime un atelier d’écriture intitulé Dégustation d’Exquis Mots ».

Marie-France