Archives mensuelles : septembre 2016

CROQUE GIVRES

Bonjour les GIVRES !

Chaque année, en septembre, ANTIPODES organise une présentation « hors normes » animée et illustrée du programme de la saison. Cette rencontre est évidemment publique, et chacun peut y assister librement. En 2016, elle aura lieu le VENDREDI 15 SEPTEMBRE à 18 h dans la GRANGE CLEMENT à Chevagny-sur-Guye.

Ce rendez-vous annuel est également l’occasion, pour les partenaires d’accueil du Festival CONTES GIVRES, de prendre possession des affiches et des plaquettes-programmes à distribuer dans leur environnement. Pour la convivialité, ANTIPODES offre des tartines, et les participants apportent une boisson à partager.

Marie-France, Pauline et Pénélope commentent la programmation, en présence des artistes qui auront pu se déplacer pour l’occasion, une occasion exceptionnelle pour échanger et faire connaissance, en présence de plusieurs élus et responsables culturels des Communautés de Communes, des Départements et de la Région. L’ambiance est généralement vive et pétillante à souhait…, et le Tambour des Escargots apporte toujours le renfort de ses troupes ! Pourvu que ça dure !…

Donc, le CROQUE, c’est ce soir à 18 h, qu’il pleuve on non, on sera à l’abri. Et n’oubliez pas cette parole africaine pleine de sagesse  : « Jour de pluie, jour de chance… « 

Sagoloba

 

BARBARA

Oh ! Vous ! qui aimez BARBARA ! Vous avez DEUX chances FOLLES !                                    

La première, c’est d’avoir l’immense plaisir de l’entendre à nouveau prochainement, ici même, dans la région, par la voix d’une interprète-surprise déjà connue par beaucoup  d’entre-nous ! Mais sous un autre costume, celui d’un agent de SANTE, qui a un temps exercé à JONCY sous le nom de … devinez ! avant de rejoindre son pays d’origine, tout là-bas, là-bas, dans le SUD, un endroit où l’on parle (et où l’on chante surtout !) avec du soleil plein la bouche… !

La seconde est un autre plaisir, celui de découvrir la « chanteuse-surprise » annoncée plus haut, qui a échangé sa blouse blanche d’agent de « SANTE » contre une chemise bariolée et multicolore, et beaucoup plus fantaisiste ! dans le style « CABARET » (Vous voyez ? je chante, je chante soir et matin, je chante… !), c’est mon destin !

Eh bien, l’invitée-surprise, c’est….Odette PRADINES, OUI ! notre ex-pharmacienne, aujourd’hui reconvertie dans la chanson ! Et pas n’importe laquelle, attention ! Ses modèles c’est BARBARA, Catherine SAUVAGE… Et elle s’est souvenue du temps lointain où elle accueillait dans sa PHARMACIE des catarrheux de SAONE et Loire pour leur distribuer gris-gris, conseils, tisanes, gnamas-gnmas, suppositoires, pastilles, bonbons miraculeux, survitaminés et autres graines de baobabs censées guérir la TOURISTA par exemple ! Sans oublier, bien sûr, quelques médicaments prescrits par l’Autorité médicale ! Il faut bien être un peu sérieux quand on est pharmacien quand mêêêême !

Si vous voulez lui dire un p’tit bonjour aux temps des « PAUSE-CAFE » de l’ARC au CREUSOT le 22 octobre, ou à la Salle des Fêtes du PERREUIL en soirée le 28 octobre, elle sera ravie de vous embrasser. Pas besoin d’ordonnance, elle « donne de la voix » ! Enfin, je suppose !

FAITES PASSER LE MESSAGE !

Mais que faisiez-vous ici, aux temps froids, sous la NEIGE et le GIVRE Odette ?

« Je distribuais des pilules de BONHEUR contre la DOULEUR, ne vous déplaise ! »

Et bien chantez maintenant, nous en serons fort aise !

Sagoloba

Et si GUEUGNON était contée ?

Que voilà une bonne idée qu’elle est bonne ! Ce serait formidable, non ?, de raconter l’histoire de cette ville ! Pas sous forme d’une monographie froide, ennuyeuse et revêche bien sûr, mais au contraire sous une forme vivante, avec des images, des anecdotes, des couleurs, de la chair et des cris, du mouvement à tous les étages, quelque chose qui vibre et donne à voir, dur et souple comme l’acier, pur et noble comme le foot…                                                                                                                                               Et puis on pourrait aussi raconter ses Grandes Heures, comment on a dû faire appel à la laine par exemple pour lui donner des couleurs, convoquer le style légendaire pour narrer l’épopée de la MOSAÏQUE, comment celle-ci fut rêvée, conçue, matérialisée, financée, animée, et comment les gueugnonnais en firent, en définitive une victoire collective ?, et si on contait GUEUGNON ?

CHICHE ! répondit l’écho ! Qui c’est qui s’y colle ? ça, c’est une bonne question ! Mais on a le temps d’y réfléchir… La ville de Paris ne fut pas créée en un jour …! Allons ! Prenons le temps de la réflexion… !

Et puis il faudra rendre au Ciel ce qui appartient au Ciel, et à César ce qui appartient à César !                                                                                                                                                                Qui ? par exemple, connaît Catherine PRIOLI, cette talentueuse mosaïste dont les mains ont guidé les nôtres ? Qui connaît Marie, la plasticienne qui a imaginé les contours artistiques de cette Mosaïque ? Qui sait la part prise par l’équipe municipale pour ouvrir les portes du chantier ? Qui sait aussi d’où viennent les matériaux indispensables au démarrage de l’oeuvre ? Ne serait-ce pas un don des Ets DORAS de Gueugnon par exemple ?

Ne pas oublier, enfin, l’énergie, l’enthousiasme, la passion, l’imagination de toute cette jeune équipe de l’association ANTIPODES, je citerai en particulier Marie-France, Pauline et Pénélope, qui ne comptent pas leurs efforts, leurs heures de travail, leurs kilomètres en déplacements, leurs nuits sans sommeil, pour tenter d’apprivoiser des soucis sans pareils, pour lisser les problèmes et trouver les solutions adéquates.

Nous prendrons le temps, le moment venu, de citer et de rappeler le générique des concours dont cette MOSAÏQUE a pu bénéficier. Pour l’heure, ne boudons pas notre plaisir de voir s’esquisser, au coeur de GUEUGNON, une oeuvre d’art dont nous reparlerons.

Sagoloba

Moi j’tricote dans un coin….

« Moi j’tricote dans un coin,

J’suis idiote, j’suis idiote,

Moi j’tricote dans un coin,

J’suis idiote et j’ le sais bien ! »

(chanson de Barbara)

Elle n’était pas idiote Barbara, bien au contraire ! Et elle était même aussi talentueuse en tricot qu’en chanson ! C’est pour dire qu’elle serait aussi, aujourd’hui, la première à tricoter pour GUEUGNON en fredonnant ses chansons !

Et vous, Gueugnonnais et Gueugnonnaises, rien ne vous empêche d’en faire autant ! Alors TRICOTEZ, TRICOTEZ, debout, assis, couchés, accroupis, acabassés, sur un pied, suspendus, sur les mains, sous la couette, sur la couette, une maille à l’endroit, une maille à l’envers, à croupetons, … enfin…, dans toutes les positions quoi ! Soyez imaginatifs que diable !

Car c’est pour GUEUGNON que vous tricoterez, braves gens, comme l’ont déjà fait avant vous moult et moult tricoteurs et tricoteuses qui ont le souci, l’ambition, la volonté d’embellir la ville, d’habiller les arbres, les lampadaires, les poteaux téléphoniques, la passerelle, (ne touchez pas surtout aux poteaux électriques…), car nous sommes dans le scoop « couleurs sur la ville », dont fera partie aussi, prochainement, la mosaïque de GUEUGNON ! et les jetons de couleurs, c’est vous !

La pionnière N°1 de ces jeux de COULEURS en LAINE s’appelle Claudette BENINCA de SAINT-VALLIER. Elle a déjà réalisé au CROCHET une centaine d’éléments (petits carrés de 15 x 15 multicolores qui, assemblés, constitueront une sorte de couverture dont les « artistes » d’ANTIPODES revêtiront prochainement tous les « nus » de la création collective.)

Bien sûr, tout cela paraît un peu fou à première vue, mais si nous n’étions pas « complètement givrés », comme le sont tous ceux qui dérangent la routine, l’équilibre, le côté propre et bien rangé, où serait le plaisir des jeux et des yeux ?

La société a parfois besoin de dériver, d’outrepasser les limites, de rouler à côté des clous et des pistes cyclables, de violer certaines règles pour passer de la dimension « propre-impeccable » à la dimension « qui boîte »…, car c’est à ce prix qu’elle pourra, peut-être, s’assagir…

C’est du moins ce que souhaite

Sagoloba !

GUEUGNON – suite 1

tricotAprès les préliminaires de la MOSAÏQUE lancée à GUEUGNON par ANTIPODES sous l’oeil averti de Catherine PRIOLI, voici ceux des « petits bouts de laine » tricotés au crochet… par une dame encore anonyme mais dont nous dévoilerons prochainement l’identité si elle nous y autorise.

Continuer la lecture de GUEUGNON – suite 1