Archives mensuelles : juillet 2016

Il était une fois un petit village….

site_villageduboutdumondeIl était une fois, en Saône-et- Loire, un petit village que ses fondateurs avaient appelé « le Village du Bout du Monde » ! Non par sa situation géographique singulière, mais pour la façon originale dont il avait été imaginé, puis construit. Il était situé à proximité de Mâcon, et plus précisément à La Roche Vineuse, où le maire et son conseil municipal avaient généreusement adoubé l’idée. Continuer la lecture de Il était une fois un petit village…. 

LE BOUT DU MONDE ….

Il était une fois un petit village qui s’appelait « LE BOUT DU MONDE » …

C’était en fait un tout petit bout du monde qu’on avait arraché à la Terre… Avec quelques habitants vivant encore dessus ! D’ailleurs ses racines flottaient toujours dans l’espace comme des bras et des jambes qui auraient refusé de partir, cherchant encore un ancrage de secours pour ne pas tomber dans le vide ! Vous voyez l’image ? C’est le logo d’Antipodes imaginé par Cyril, il y a presque 1/4 de siècle ! Déjà

Oui, déjà ! L’image était bien vue ! Et elle est encore d’actualité aujourd’hui ! Mais sous un angle différent, car si, en 1984, elle était censée traduire une idée, elle traduit aujourd’hui une tragédie ! Celle que jouent tous les jours, au risque bien souvent de leur vie, tous ces réfugiés qui fuient les balles, les bombes, les violences, qui cherchent à se sauver de la mort…

Et qui, après des marches épuisantes, à travers mille embûches et des épreuves abominables, finissent par aborder (s’ils ont de la chance) sur les rives de l’Europe !

Selon les pays « d’accueil », (si on peut qualifier ainsi les kilomètres de murs et de barbelés qui prétendent les empêcher de passer), ces réfugiés sont répartis provisoirement dans des maisons, appartements, logis, et autres locaux disponibles en attendant des dispositions plus fiables, et nourris, soignés, alphabétisés, selon les cas et la générosité des collectivités qui les reçoivent. Très bien pour certains, très mal pour d’autres…

Tous ces « petits bouts du monde » nous arrivent avec leur volonté de travailler et de vivre en paix, et bien sûr leurs richesses culturelles. Et c’est bien souvent tout ce qu’il leur reste !

Aussi certains Saône-et-Loiriens, mais pas seulement, se sont-ils mobilisés pour parer au plus pressé, et apporter aux cas les plus urgents des réponses adéquates. C’est plus particulièrement le cas à CLUNY, où la Communauté de Communes a ouvert une antenne susceptible de réagir positivement. Ceux qui le désirent pourront s’adresser à Frédérique Marbach, qui saura les orienter.

Mais peut-être le Village du Bout du Monde pourrait-il en faire autant ? La question est posée. La permanence des Antipodes est une oreille ouverte pour répondre à ce type de question.

Tel. 03 85 24 61 91

Sagoloba

Alors ? Le KISS-KISS, c’est pour aujour’hui ou pour demain ?

Il est 07 h 14 en ce mardi 26 juillet 2016 ! La date d’expiration du KISS-KISS approche ! Encore quelques heures si je compte bien, et le tour sera joué ! On aura gagné ou perdu ce pari insensé qui nous a jetés tout nus dans le brasier incandescent  de Gueugnon ! La barre est  toujours fixée à 7500 Euros ! Mais voilà qu’aux aurores le total des dons atteint 6.320 Euros et des brouettes, chèques, vols et quêtes confondus dans le grand chaudron de la « CAMPAGNE d’AUTOFINANCEMENT PARTICIPATIF !

Car la semaine prochaine, les « municipaux » et les « antipodistes », porteurs du projet, se rencontreront à nouveau sur place à Gueugnon, avec mission de visualiser les différentes possibilités de supports qu’offre la ville pour réaliser le rêve des concepteurs du projet : ouvrir l’atelier collectif de la MOSAÏQUE GEANTE qui va fleurir ici séant dans quelques jours …!

Et dès que la décision sera prise, Catherine et Marie entreront alors en action pour brosser le chef-d’oeuvre de l’année, non pas avec des « petits cailloux », mais avec du matériau neuf offert par une entreprise mécène locale, laquelle verra bientôt sa raison commerciale citée au fronton de la création !

Alors sans plus attendre, puisque sauf grande surprise de dernière minute (tremblements de terre, déluge, guerres, ou fin du monde !), il est évident aujourd’hui que la bataille du KISS-KISS a été gagnée haut les coeurs !

Et je voudrais donc remercier ici tous les DONATEURS, CONTRIBUTEURS et autres AMIS des GIVRES pour leur générosité, et la célérité avec laquelle ils ont répondu à notre appel.

Un courrier spécial sera d’ailleurs adressé très rapidement à chacun d’entre eux pour leur exprimer notre très vive reconnaissance et surtout notre réelle émotion !

Geo JOURDAIN, Président de l’Association ANTIPODES.

 

Le KISS-KISS… d’Antipodes appuie sur les pédales !!!!

Par analogie avec le TOUR de FRANCE, le KISS-KISS d’Antipodes appuie sur les pédales les yeux braqués sur la ligne d’arrivée ! Va-t-il la franchir ? Oui ou Non ? Le Suspens est Brûlant ! Douloureux ! Insupportable ! Et toute l’équipe de supporters que nous sommes n’en peut plus d’attendre ! Surtout que personne ne partira en vacances avant de savoir ! Car faut savoir c’qu’on veut ! Gagner pour Gueugnon, ou Gagner pour … Gagner !

On y est presque ! Encore quelques EUROS m’sieurs-dames ! Et si vous ne les avez pas sous la main, VOLEZ-LES ! Pourquoi casser la tirelire des enfants pendant que le KASS-KASS 40 en profite pour se faire du blé ! Et pendant ce temps-là, les Givrés franchiront l’ARROUX, la rivière ! Là où se trouve le « PASSAGE » justement !

« Si tu vas à Gueugnon, n’oublie pas d’emporter le pognon ! » comme le dit la chanson ! Bon, on cause, on cause, mais les chiffres ne bougent plus ! Qu’est-ce qu’ils foutent les mecs qui ont des mains coincées dans leurs poches ? Ils attendent quoi ? La Victoire ? Et bien nous aussi justement ! On ne pourrait pas l’aider un peu, la VICTOIRE … ? Non ?

Sagoloba a bien quelques idées sur la question, mais il paraît que ne c’est pas très moral ! Moral ! Moral ! Tu parles ! Allez  Sagoloba, dis-moi le mot de passe ! Ne serait-ce pas, … par hasard … sé… sésa…Sésame ? Bon, ne le crie pas trop fort, et mets ton mouchoir par dessus ! Ou alors, Kiss-kiss quelque chose …  Il y en a qui disent aussi « küss-küss-me »… Une histoire de bisous volés paraît-il ! Dans une langue étrangère … !

On s’en moque ! Car DEMAIN, au train où vont les choses, on aura gagné !

Allez ! KÜSS-KÜSS-me mon chéri ! KÜSS-KÜSS-me ma chérie ! et à demain ! Le Kiss-Kiss, c’est dans la poche !

Sagoloba

KISS-KISS-BANK-BANK

La campagne de financement participatif KISS-KISS-BANK-BANK lancée par l’Association ANTIPODES est en passe de réussir ! Le cap des 51% a été atteint aujourd’hui, et il nous reste encore 5 jours pleins pour atteindre l’objectif. Grâce à tous les contributeurs qui nous ont fait confiance, l’opération pourra donc démarrer dans le calendrier prévu !

Et ils ont eu raison ces contributeurs, car rien maintenant ne pourra faire barrage à la réalisation de l’événement IMAGINAIRE et RESISTANCE prévue cette saison 2016 à Gueugnon. Sauf peut-être un nouveau DELUGE, mais la METEO ne dit rien à ce propos…, même si le niveau d’eau de l’ARROUX est en progression constante !

Donc 5 petits jours encore à patienter avant de crier VICTOIRE ! Mais ne relâchons pas l’effort à deux doigts de la ligne d’arrivée ! Maintenons la pression en glanant de-ci de-là les quelques EUROS supplémentaires qui nous libéreront de l’angoisse de perdre !

Et on dit MERCI à qui ? Au peuple de tous les GIVRES qui ont mis la main à la poche ! Et qui n’ont pas hésité à franchir le RUBICON sur une banquise qui se disloque ! Et à tous les Givrés qui ne tolèreront pas d’en rester là ! Quoi ? Cinq jours encore à patienter ? Il n’en est pas question ! Cassons toutes nos tirelires s’il le faut, les nôtres et celles des enfants, mais le DEFI du Kiss-Kiss sera gagné ! Parce qu’il ne peut pas perdre !

Ils sont comme cela les Givrés ! Glacés peut-être, mais qui ne restent pas de glace face au gel de la difficulté !

Sagoloba 

LE BOUT DU MONDE N’EST PAS SI LOIN……

Il était une fois un petit village arraché de terre qu’on appelait, en 1984, le VILLAGE DU BOUT DU MONDE ! Vous le connaissez ? Un peu ? beaucoup ? passionnément ? à la folie ? pas du tout ? ça dépend du point de vue où l’on se place ! Mais quelle que soit la réponse, ceux qui s’en souviennent encore ne l’ont pas oublié !

L’histoire se passe à une époque où certains d’entre-vous n’étaient pas encore  nés ! Alors, me direz-vous, ils ne peuvent pas s’en souvenir puisqu’ils n’étaient pas encore nés ! Irréfutable !

Mais quand même, la presse ? les voisins ? les commérages ? et tout ce qu’on a pu en dire à l’époque, en bien ou en mal ?… Et puis le défilé constant de nos hôtes d’Afrique Noire, du Maghreb, ou encore de l’Ile Rouge, Madagascar dans l’Océan Indien, venus jusqu’en Saône-et-Loire, (à La Roche Vineuse), faire prouesses musicales, danser, chanter, jouer la comédie, cuisiner aussi, sans oublier les étudiants en architecture de terre crue de Grenoble, les démonstrateurs de technologies appropriées, les voyageurs actifs de passage, le public des curieux et autres capteurs d’images fortes, de plus en plus nombreux au fil des jours, avec le ballet permanent des brouettes, pelles, pioches, machettes, baignant dans un nuage de cuisines exotiques… 

C’était quand même, on peut le dire maintenant, et quoi qu’on en pense, un beau moment, en même temps qu’un événement spectaculaire dans le monde rural !!! Et il y a de cela, en gros, à la louche, allons ! un peu plus d’un quart de siècle ! C’est à dire quand l’idée a commencé à germer, du moins dans les têtes de certains, dans les années 80, mais surtout en 84, année du summum de l’action, et de l’ouverture au public des premières installations et démonstrations.

ET LE 14 JUILLET 1984, TOUT LE VILLAGE DU BOUT DU MONDE ETAIT DANS LA RUE A LA ROCHE VINEUSE POUR FÊTER AVEC SES HABITANTS, COMME DANS LE FILM DE FRANCOIS REICHEN BACH, « LA DOUCEUR DU VILLAGE », un énième anniversaire de la REVOLUTION FRANCAISE de 1789 ! Faites le compte : 200 ans après !

Et en 2016, on s’en souvient encore avec une petite émotion dans la gorge ! C’est ce que nous vérifierons ensemble, le 14 août, à Chevagny-sur-Guye, qui célébrera dans la rue ses nouvelles passions ! Dont celles de tous ces petits bouts du monde qui dérivent jusqu’au bord de nos plages…, et qu’on appelle migrants ! Bel euphémisme !

Sagoloba

C’EST UNE PETITE BETE QUI MONTE…

arbre_catherineVous ne la connaissez pas encore ?
Sous vos yeux, elle grimpe pourtant sur vous cette petite bête ! La voilà sur votre poche porte-feuille. La voici sur votre sac à main ! Très familière ! Très cavalière ! Très entreprenante aussi ! Veut-elle par là signifier quelque chose ? Comme les mouches, elle frotte frénétiquement ses deux pattes avant !

Et ça, c’est le signal ! ça veut dire BANK-BANK ! Vous savez ? cette formule de financement participatif ! Chacun verse librement ce qu’il veut, ce qu’il peut. Et à la fin, l’avoine coule à flots, le blé ruisselle à plein tuyaux, le grisbi fait le gros dos, la fraîche se compte par kilos, l’oseille et le trèfle par ballots, les thunes enfin se soupèsent par boisseaux, et celui ou celle qui emporte le magot est assujetti ipso-facto à l’impôt sur les grandes fortunes ! Fortiche, non ?

  • Ben mince alors !  c’est un piège à cons ton truc, Michel !
  • Je n’y peux rien si les gens me confie, comme ça, leurs éconocroques sur un claquement de doigts !
  • Quand il y a du fric, du faf et du taf quelque part, il y a toujours des candidats pour brasser les tickets. Mais nous, on leur propose une pause à ces picaillons-là, une pause-picsous en quelque sorte ! Le temps de faire gonfler cette campagne de financement participative ! A hauteur de 7.500 Euros !
  • On les aura ! On les aura ! N’est-ce pas, Peuple des Givrés ? Non ! pas les pieds gelés, mais le minimum pour passer la barre ! 7500 balles ! Tu parles ! Une paille quoi ! Et tous les jours la cagnotte prend de l’empoint !

Voici le lien pour participer au KISS-KISS-BANK-BANK de GUEUGNON lancé par ANTIPODES.

Et alors à nous de mettre tout en branle pour que le plan « Imaginaire et Résistance » démarre à GUEUGNON ! Et que le pari sur l’avenir que nous avons osé soit un pari gagné !

Avec une signature prestigieuse, la MOSAÏQUE géante de Catherine Prioli réalisée par toute une population Gueugnonnaise en liesse !

arbre_catherine

Sagoloba

Le KISS-KISS-BANK-BANK lancé par ANTIPODES

Il court, il court le KISS-KISS-BANK-BANK lancé par ANTIPODES pour donner de l’air, des couleurs et de l’ampleur au projet IMAGINAIRE et RESISTANCE programmé cette année dans la bonne ville de GUEUGNON en Saône-et-Loire. On n’a pas encore atteint les cimes, mais on y vole à tire d’aile, et déjà se distinguent à l’horizon, à travers les dons qui affluent, l’arc-en-ciel de la future mosaïque géante de nos rêves !

« Car la lumière crie, l’air danse, chaque être humain est une couleur qui va son chemin. Des ombres bleues et vertes descendent des nues, et les reflets irisés de l’éclat de l’air sont si nombreux que l’arc-en-ciel préfère rester discret pour ne pas se faire éclipser. La ville s’inspire-t-elle des plasticiens qui vont la métamorphoser, ou transforme-t-elle toute seule ses noirceurs en splendeurs ? »  texte librement inspiré des VOIX du TEMPS, de Eduardo Galeano, qui est au programme des CONTES GIVRES 2016.

Mais ne soyez pas si pressés de le savoir, et laissez d’abord monter les enchères ! Le résultat sera flamboyant, comme ces arbres tropicaux qui incendient les rues de Bamako ou de Bangui à la bonne saison !

Restez à l’écoute du KISS-KISS, cette petite bête qui monte, qui monte…

Sagoloba

Capture d’écran 2016-07-06 à 11.27.38

 

LA LECTURE POUR SE DISTRAIRE ????

Certains osent affirmer cette énormité sur le réseau de tous ceux qui, en BOURGOGNE, passent leur vie à proclamer exactement le CONTRAIRE !

NON ! la Lecture n’est pas une DISTRACTION ! Elle est surtout un PLAISIR, un outil d’apprentissage de connaissances nouvelles ! Elle est le ferment de notre soif d’apprendre, de comprendre, d’aiguiser notre esprit critique . De développer ce qui en nous aspire à la compréhension mutuelle entre les hommes, à l’avènement de la PAIX, au respect des droits de chacun à la LIBERTE d’EXPRESSION !

La LECTURE est une nécessité VITALE pour acquérir le sens des RESPONSABILITES !

MAIN D’OEUVRE

Mohammed Ashraf ne va pas à l’école.
Du lever du jour au lever de la lune, il coupe, découpe, perfore, monte et coud les ballons de foot qui sortent du village pakistanais de Umarkot et roulent vers les stades du monde entier.
Mohammed a onze ans. Il fait ce travail depuis qu’il en a cinq.
S’il savait lire, et s’il savait lire l’anglais, il comprendrait ce qui est écrit sur les étiquettes qu’il appose sur chacune de ses oeuvres : Ce ballon n’a pas été fabriqué par des enfants.

Un texte d’Eduardo Galeano – Les voix du temps

Sagoloba