Archives mensuelles : avril 2012

Fabri-K-tions

Titre un peu hermétique pour parler d’un « bouillon de culture » !

« Bouillon de culture » que nous prépare LA FABRIQUE, nouvelle friche industrielle reconvertie en espace culturel par l’association « Les Strapontins » de SAVIGNY-sur-GROSNE, 71460, en Saône-et-Loire, le Département qui monte, monte, monte… ! Faut être à la hauteur… !

Et pour en savoir davantage, faites-donc un p’tit tour du côté de www.alafabrique.org , vous y trouverez déjà, en attendant mieux, quelques saveurs et fumets propres à vous mettre l’eau à la bouche….

Le couvert sera mis, quant à lui, dès le SAMEDI 5 MAI !  Et les premières assiettes garnies offriront un choix à la carte entre danse, musique, arts plastiques, théâtre, conte, quelques « trous normands » au Bar CAFÉ-THÉ pour « claquer de la langue »…

Et une multitude de rencontres surprenantes avec les artistes présents :…. 

Citons en « vrac » : Julien Lagrange, José Souza Blanes, Titou, Francine Vidal, Marie Jourdain, les groupes Amarante et Owl Collision, Charlotte Millanvois, Jean-Jacques Nonot, et l’écrivain Philippe Bouin, auteur de la pièce LE JOURNAL d’UN CON qui sera présentée en soirée au Grand Théâtre de LA FABRIQUE en sa présence. (celle de l’auteur…)

Ces quelques « amuse-gueule » ont été préparés avec soin dans les cuisines et arrières-cuisines des associations Antipodes (Contes Givrés), Tambour des Escargots, Strapontin, et autres abominables « gargotes » et « gâte-sauce » dont les noms seront bien évidemment divulgués dans un « post » futur !

En attendant, Bon Appétit, et ne lâchez rien comme on dit maintenant en politique et dans les milieux « chébrans » !

Geo

 

QUOI de NEUF à la FABRIQUE ?

Mais qu’est-ce qu’ils fabriquent à La Fabrique ?

Du news, du neuf, du nouveau ! répond hilare le boss Olivier derrière ses lunettes en abat-jour ! Et pour s’en rendre compte, il suffit d’aller faire un petit tour sur le site www.alafabrique.org

Rien que du neuf, oui, mais de l’ORIGINAL aussi, du jamais vu, du jamais entendu, du jamais pensé même, du scoop plein pot à l’état brut, plein la tête, plein les mirettes, plein les portugaises, à se faire frissonner l’épiderme !

Enfin ça va enfler, bouger, éclater, débourrer comme bourgeons au printemps ! Ca va déménager, bousculer, basculer, catapulter, surprendre, étonner, réveiller, trembler… Non ! Olivier ! N’en jette plus STP… !

Mais qu’est-ce qu’ils fabriquent donc à La Fabrique à s’entourer de tant de mystères, de tant d’artistes, de tant bruits et de couleurs ?

Cette « coquille vide » il y a un an encore, est maintenant pleine à craquer : pleine de projets bien sûr, mais pleine aussi d’une programmation culturelle suffocante, propre à faire tomber sur le cul et hurler de joie les escargots les plus colmatés…

Et où ça se passe tout ça ? en Saône et Loire bien évidemment, »LE DEPARTEMENT QUI MONTE ! » comme chacun sait, et plus précisément à SAVIGNY-sur-GROSNE, là où Antipodes, la saison dernière, a passé au givre « le-plus-glacé-de-chez-glacé » les participants de l’opération Imaginaire et Résistance…

Ceux qui en ont réchappé doivent s’en souvenir encore ! Et pour que ce souvenir reste vif dans la mémoire du public, Olivier nous ouvre à nouveau ses portes cette année : Ce sera le DIMANCHE 7 OCTOBRE 2012 ! Prévoyez des moumoutes !

L’événement sera programmé en concomitance, « comme c’est étrange, comme c’est bizarre, et quelle coïncidence ? », avec l’ouverture de la XIV° édition du Festival CONTES GIVRES, dont le contenu sera prochainement détaillé sur ce BLOG, après une présentation officielle aux partenaires d’accueil et à la presse dans le cadre du « CROQUE-GIVRES » prévu cette année le JEUDI 13 SEPTEMBRE à CHEVAGNY-sur-GUYE, comme d’hab…

Mais avant toutes ces agapes culturelles, et pour, en quelque sorte nous mettre en appétit, LA FABRIQUE et ANTIPODES concoctent actuellement une collection  « d’amuse-gueule » où l’on retrouvera, entre autres et sous d’autres  « emballages », des artistes déjà connus et appréciés du public comme :

* le musicien Julien LAGRANGE, dit « JU » pour les intimes, en création avec la plasticienne Marie JOURDAIN, où guitare classique et pinceau se donneront la réplique dans une « conversation sonore et colorée » pour donner naissance à une œuvre originale et singulière.

* ces deux artistes pourront aussi se produire en SOLO, guitare classique pour Julien, et aubiers peints pour Marie.

* l’humoriste Thierry JALLET, plus connu sous le nom de TITOU, qui se lance dans la « Goualante » avec un tour de chant dont nous aurons la primeur, intitulé « Chanson sans fraise et texte tartare »

C’était « LA FABRIQUE en ACTION » !

Mais nous y reviendrons de façon plus concrète et plus complète dans quelques jours.

Geo

ARTS du CONTE et de l’ECOUTE – stage

Marie-France Marbach et Marie-Pierre Labrune invitent cette année, dans le cadre du désormais « traditionnel » stage d’été (programmé du 16 au 21 août 2012), toute personne désireuse de s’initier aux arts du conte et de l’écoute, et à faire avec elles un grand voyage d’aventures sur les traces d’ALICE au PAYS des MERVEILLES.

Mais quel est ce pays inconnu dont on parle tant ? où le temps est déréglé ? où tout est constamment remis en question ? où toutes les idées nouvelles sont systématiquement contestées ?  où les seules règles de vie sont celles décrétées par ALICE la malicieuse ? et où toutes les merveilles du monde sont cependant accessibles ?

Non, ce n’est pas un royaume où fait rage une guerre de succession pour l’avènement d’un nouveau monarque, l’ancien n’étant plus, semble-t-il, inconditionnellement adoubé par la majorité de ses sujets !

Non, ce message n’est pas un appel de plus à voter (bien qu’il soit néanmoins très important de le faire…!), ni une publicité électorale (malgré toutes les merveilles promises par les candidats à la succession), pas davantage une incitation de majeurs à la débauche (ou à l’embauche) politique…, pas plus qu’une invitation camouflée à un club de rencontre… (bien que cela pourrait très bien, à l’avenir, s’envisager sous cet angle, pourquoi pas ?).

Non, ou plutôt Oui, ce message est tout bonnement, comme vous l’aurez tout de suite compris, une porte grande ouverte au passage dans l’ IMAGINAIRE du MERVEILLEUX !!!

Pour y entrer, il suffit simplement de retourner à ANTIPODES le sésame d’inscription en annexe, sachant que ce partage de vie et de savoir-faire aura lieu au Gîte de groupe de Chevagny-sur-Guye (71220), petit village rural du pays charolais réputé pour la qualité de son accueil.

Et qu’il n’en coûtera, aux heureux élus admis à y participer, que 400 Euros (+ 10 E de cotisation à Antipodes) TOUT COMPRIS !  Oui , vous avez bien compris, 400 Euros, tous frais confondus, (hébergement, restauration, plaisirs d’une convivialité merveilleuse, et frais pédagogiques) !!!

On est déjà, là, comme vous le voyez, au PAYS des MERVEILLES, et Alice n’est pas loin qui rêve de vous accueillir dans son monde imaginaire où tout n’est que « luxe, calme, et volupté » !

Cela vous tente ?  Il ne tient qu’à vous de connaître et de vivre, ou non, comme en lévitation pourrait-on dire, ce moment exceptionnel de bonheur total, sans contraintes, en toute liberté, où tout est permis !!!

Tout ? Enfin, ne me faites pas dire ce que chacun pense secrètement ; ce ne serait quand même pas tout à fait correct !

Si cela vous tente, il vous suffit tout simplement de nous le faire savoir !

Car voyez-vous, en attendant de CONTER pour vous, nous sommes déjà à votre ECOUTE !
Téléchargez la présentation et le bulletin d’inscription du stage 2012

 

Geo

 

 

 

« Bourse » en forte hausse aux Zantipodes

Abracadabra, une valeur qui monte !

Lancée il y a deux mois pour soutenir le festival CONTES GIVRES, la « valeur Abracadabra » connait actuellement une forte hausse dans le porte-feuille des actionnaires…, oh pardon ! , dans le coeur des supporters de la manifestation !

En effet, après 15 années de bourlingues littéraires au long-cours sous toutes les latitudes, un public friand de petites formes de spectacles vivants revendique la pérennisation d’une action culturelle aux qualités rares et originales, celle qui s’inspire des récits, des contes et des nouvelles. Et qui se baguenaude ainsi lourdement chargée sous tous les cieux du territoire…

Cette action, cependant, est gravement menacée en raison des déficiences de la puissance publique à l’égard du financement de la culture. Car, en dépit d’une audience croissante, un festival de contes, même le meilleur ! même s’il est chargé jusqu’à la gueule de valeurs humaines, n’est jamais qu’un fétu de paille dans le torrent turbide du fric-roi. Et ne pèse pas très lourd dans le marécage des valeurs marchandes où s’ébrouent avec délectation ceux qui s’imaginent pouvoir nous gouverner encore longtemps…

Créée en Saône et Loire en 1999 pour essaimer en Bourgogne intra-muros, et très largement au-delà aujourd’hui, l’automnal et étonnant festival des Contes Givrés répond, à l’instar d’autres événements-phares de la région, à une attente désormais bien établie.

« Car que serait une saison sans les Contes Givrés ? » peut-on déjà entendre dans les milieux concernés par la diffusion du livre !

Que serait une saison sans l’assurance de voir arriver, dans les villages les plus reculés, les couleurs du festival ?

Que serait une saison sans surprises ? sans scoop ? sans l’ivresse d’une jubilation ? sans la caresse des poètes ? sans l’harmonie des musiciens ? sans les frissons d’émotion qu’apportent les conteurs ? sans le côté fêlé et fantaisiste des comédiens ? sans la goutte de déraison qui fait déborder le vase des habitudes ?

Et sans le doute surtout que sèment les auteurs de ce « cirque », lequel ravit mais déstabilise aussi les convictions les plus ancrées, et peut à chaque instant, mais c’est bien ce que cherchent les auditeurs-spectateurs, remettre en question une foule de certitudes ?

Car que serait, dites-moi, une vie sans « Contes Givrés ? ».

Aussi, et pour ne pas risquer une telle éventualité, il vaudrait mieux prévenir la catastrophe, et donc investir sans hésiter dans ABRACADABRA.

Cet arbre qui, sur votre écran, bourgeonne dans tous les sens, fait éclore fleurs et fruits sans souci des saisons, se couvre de bourses des racines jusqu’aux cimes, dispense ombres et lumières à bon escient, sert de guide et de repère en même temps, cet arbre-là, oui, est un arbre d’espoir qui fait germer la vie !

Alors conteurs, comédiens, musiciens, poètes, plasticiens, humoristes, clowns, marionnettistes et autres magiciens, continuez à nous apporter, chaque année, cette part de rêve dont nous avons tous tant besoin, avant que ne s’effondrent, autour de nous, des pans entiers de ce qui fait notre art et notre joie de vivre.

Et vous, partenaires d’accueil, bibliothèques et médiathèques, communautés de communes, structures culturelles, comités des fêtes, scènes nationales, théâtres, ateliers du jour ou de la nuit, espaces en déshérence ou autres friches industrielles en phase de « mutation », investissez massivement dans « Abracadabra » !

Et toi, public, maintiens la pression et continue à soutenir le festival, en démontrant que l’opération « Abracadabra » est tout simplement magique !

La preuve ? A la date du 10 avril 2012, faisons le point : 52 donateurs pour un crédit ouvert de 2 410 Euros !

Mais si les formules magiques des contes peuvent parfois suppléer avantageusement certains manques, elles ne peuvent en aucun cas apparaître comme des succédanés de la volonté politique…, laquelle ne doit pas avoir la possibilité de se défausser sur du vent !

Geo