Archives mensuelles : décembre 2010

Haut les mots !

Haut les Mots ! En 3 mots comme en cent, c’est la formule magique des effractions de la bande des « Givrés au Collège » !

Car la ronde infernale de ces trublions qui sèment la subversion dans les collèges va recommencer sous l’impulsion d’une meneuse, enfin identifiée aujourd’hui ! Il s’agirait d’une certaine Marie-France…quelque chose, un nom qui sonne comme un « alsacianisme  » si vous voyez ce que je veux dire…

Et cette insolente, qui est maintenant entourée de comparses aussi allumés qu’elle, (Alors attention ! quand il n’y en a qu’une, ça va, c’est quand il y en a plusieurs que ça se complique…!), cette insolente, donc, a la prétention cette année de récidiver ses incursions sauvages dans les sages et tranquilles établissements scolaires du secondaire pour raconter ses salades !!!

Oh, bien sûr, dans les faits, il n’y a pas de violences véritables et, le moment de surprise évacué, ça se passe généralement très bien ! Les premiers mots lancés mobilisent immédiatement l’attention de toute la classe, y compris celle du prof., qui ne comprend plus très bien comment son cours a pu se transformer ainsi…

Car la mâtine use d’un procédé diabolique qui fait mouche à chaque fois : elle écoute derrière la porte avant de faire irruption dans la salle, sans frapper évidemment, et rebondit aussitôt sur les derniers mots du prof. pour continuer le cours à sa façon ! Et gribouille que j’embrouille !

La rupture du quotidien est consommée, et un regard neuf peut enfin planer sur les choses… Et ainsi de suite pendant toute une matinée !

Le côté quelque peu iconoclaste de l’opération peut parfois « bousculer » les rythmes scolaires, il stimule plus qu’il ne bouscule, et les « victimes », ravies, en redemandent !

Alors si, parmi les lecteurs de ces lignes, se trouvent des directeurs d’établissement, des professeurs, des documentalistes, ou même des élèves souhaitant goûter à ce fruit acidulé, mais pas du tout défendu, une seule adresse : l’arbre qui porte ces fruits.

C’est à dire le Festival des Contes Givrés en Bourgogne. (03 85 24 61 91)



Lancer de Galets dans la Famille « Ricochet » !

Alerte ROUGE maximum dans la famille Ricochet, qui va lancer son deuxième Galet !

Attention, si ce n’est pas encore une fusée interplanétaire, c’est déjà un Pavé dans la Mare ! La Mare intérieure ouverte la saison dernière par un collectif de CINQ collèges de Saône-et-Loire pour développer ensemble des projets culturels..

Quelle folie ! Non mais quelle folie !

Le compte à rebours commencera le mardi 11 janvier à 14 h au Collège Robert Doisneau de Châlon-sur-Saône, au cours d’une Conférence de Presse allumée par les Lanceurs d’Elite de Montchanin (Anne Franck), Montceau (Jean Moulin), Autun (La Châtaigneraie plus Le Vallon), et Châlon (Robert Doisneau).

Après une première campagne réussie en 2009, ces aventuriers d’un nouveau genre ont décidé de lancer « le bouchon un peu plus loin », et de taquiner cette saison des poissons plus retors et plus difficiles à maîtriser… Des fous quoi !

Les collèges en ligne accueilleront donc chacun des « artistes en résidence », tournés vers des sensibilités différentes : « théâtre forain et projet de ville », « musique, paroles et manga », « chorégraphie et fulgurances », « communication non violente au quotidien », etc… Allez y comprendre quelque chose !

Et ce deuxième galet de « Ricochets » va sans doute faire des bonds vertigineux, donc des vagues, et pourquoi pas des tsunamis, car il a su mobiliser une belle palette d’artistes talentueux et sulfureux…

Alors pour en savoir plus il vous faudra de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace, et prendre part surtout à la conférence de presse du 11 janvier à 14 h à « Robert Doisneau », Conf de Presse dont l’écho ne manquera pas de ricocher, bien  entendu, par monts et par vaux, entre Châlon et Autun, en passant par Montchanin et Montceau !

Alors prêtez bien l’oreille afin de tout savoir sur ce qui se trame dans la Famille Ricochet….

Savoir conter sans le support du livre !

A l’initiative de la Bibliothèque Départementale de Prêt de Saône et Loire, la conteuse Marie-France Marbach animera une formation à l’Art du Conte les 02 – 03 – et 04 février à la Bibliothèque Municipale de Varennes-Saint-Sauveur (71) pour une quinzaine de stagiaires au maximum.

Objectif : « Apprendre à conter sans le support de l’écrit ».

Cette formation est ouverte à tous les bibliothécaires, aides-bibliothécaires ou documentalistes, en fonction dans les bibliothèques municipales de Saône et Loire, que ce soit à titre professionnel ou bénévole.

La formule retenue pour le séjour sur place est celle de l’internat. Pour en savoir plus sur les conditions d’inscription et de séjour, consulter la BDP 71 (03 85 20 55 71), ou la BM de Saint-Sauveur (03 85 60 10 05).

Vous pouvez aussi consulter l’Espace Antipodes au 03 85 24 61 91.

La conteuse professionnelle Néfissa Bénouniche, qui est déjà intervenue dans le cadre du dernier festival des Contes Givrés en Bourgogne (Cercy-la-Tour / 58, Saint-Parize-le-Châtel / 58, Toulon sur-Arroux / 71, Digoin / 71, Anost / 71 et Brannay / 89), présentera un spectacle de contes pour le public de Varennes-Saint-Sauveur et environs le 02 février à 20h sous le nom de « Magrébinades ».

Une bonne occasion à saisir pour oser prendre la parole à son tour, et faire rêver un auditoire.

Et se préparer, d’ores et déjà, à savourer comme il se doit la XIII° édition du festival des Contes Givrés qui se profile à l’horizon 2011.

Bonnes Fêtes de Fin d’Année !


Le Collectif « Mémoires Vives » prend la plume…

« Bonjour à vous chers amis et amies aux idées joliment givrées…

Nous souhaitions tous les quatre vous remercier du fond du cœur pour votre engagement, votre gentillesse, votre accompagnement minutieux et attentionné pendant le festival.

Cette expérience fut pour nous une précieuse occasion d’approfondir notre implication dans ce spectacle des « P’tits Paris » que nous aimons beaucoup. Il fut aussi un bel espace ouvert à la transmission de notre parole et de notre pays, qui s’épaissit à chaque nouvelle histoire racontée, et par chaque musique jouée.

Soyez assurés de notre solidarité et de notre attachement à votre action.  Et merci pour les petits moments délicieux que vous avez permis de vivre à des centaines de personnes pendant les Contes Givrés de cette année.

Caroline Darroux, Jean-Luc Debard, Rémy et Simon Guillaumeau.

Commentaire pour « Les Dernières nouvelles du fond »

La qualité du nouveau spectacle créé par Amédée Bricolo et présenté à la XII° édition du Festival des Contes Givrés en Bourgogne a été très remarquée, et a suscité de nombreux commentaires élogieux.

« Ce que vous nous avez donné dans votre spectacle, c’est la force et la joie et l’inquiétude de la langue. La poésie n’y est pas décoration ; elle retourne à l’essentiel, à nos origines, à nos rêves, à nos cris, à nos peurs. Elle parle d’enfance, d’amour, de mort. La langue joue là de nos désirs secrets, et nous montre ce qui se passe de l’autre côté du miroir, de l’autre côté de la porte. »

« Votre spectacle est magnifique car jamais il ne nous oublie en route : le rythme, la rigueur du ton, la précision de vos gestes, de vos regards, nous appellent et nous attirent : c’est nous qui vivons les mots que vous nous dites. Votre immense présence sur scène nous permet de retrouver l’évidence de l’absence qui est au coeur de toute vie, de cet « infracassable noyau de nuit » dont parlait Breton, et que vous nous rendez si lumineux soudain. »

« Merci pour un des plus beaux, des plus forts, des plus puissants spectacles que nous avons vus ces dernières années. Merci. »

Martine Jacques, docteur es-lettres à l’IUFM – FAC de Dijon, et Jean-Marie Schwob.

Commentaires sur Ilka Schönbein et Amédée Bricolo

Commentaires communiqués par Martine Guestault, Médiathèque de Mâcon

 » J’ai beaucoup apprécié les spectacles d’Amédée Bricolo et d’Ilka Schönbein dans des styles très différents. Pour Amédée, j’ai rencontré une véritable performance d’acteur, une mise en scène qui tenait en haleine, malgré des textes « costauds » mais très littéraires, tragicomiques, et qu’on a envie de lire ou de relire. J’ai été subjuguée de voir que même les enfants n’avaient pas bougé, et je pense que ça venait vraiment de la présence d’Amédée qui a su tenir son public, loin de toute facilité. On était loin de la démagogie pourtant, et personne ne s’y est trompé.

Pour Ilka, on a aussi découvert une très forte personnalité, et une innovation rare, de celles que l’on n’oublie pas !

Un grand merci à ces acteurs de talent qui nous font passer des moments inoubliables, et qui ne sont pas encore suffisamment connus.

Heureusement que le Festival des Contes Givrés est là. Il nous reste indispensable. Longue vie à lui ! »

Martine Guestault – Médiathèque de Mâcon

A l’Ouest, toujours plus à l’ouest !

La Ruée vers l’Art, c’était hier ! En 2010 ! Déjà du passé !

Demain, en 2011, ce sera la « Ruée vers l’Ouest ! », toujours plus à l’Ouest !

Oui ! Il faut décidément aller à l’Ouest pour sortir de l’atmosphère délétère actuelle, et battre les estrades publiques avec des hordes de trublions ! Car sans eux, sans les fous du Roi qui agitent les grelots de la subversion, point d’évolution de la société ! Une société qui sombrerait rapidement, peut-être, dans les douces volutes d’encens que diffusent la télévision quotidienne et le discours politique ambiant…, pour mieux endormir le Givré !

Alors, qui veut faire travailler ses neurones et entreprendre un nouveau voyage à l’ouest en 2011 avec les fêlés de l’Espace Antipodes ? Tous les partenaires d’accueil du festival seront prochainement interrogés à ce propos.

Mais avant d’embarquer, jetons vite un regard dans le rétroviseur pour voir ce qui s’est passé en 2010. Avec quelques gros chiffres qui sautent tout de suite aux yeux : selon les organisateurs…, la XII° édition a touché environ 11000 personnes, dont 4750 élèves de collèges dans les 19 établissements visités par l’opération Givrés au Collège.

Et les trois événements forts ont touché à eux seuls plus de 1600 spectateurs :

– 835 belliqueux ont déposé leurs armes au vestiaire de « La Guerre des Boutons » à Montchanin.

– 500 fervents de « la feuille à l’envers » ont assisté au spectacle « Je baise les yeux » à Mâcon.

– 270 marionnettistes en herbe ont été subjugués à Saint-Vallier par l’inoubliable Ilka Schönbein.

– et 100.000 regrets à tous les absents qui ont pris la ferme résolution de suivre les Givrés en 2011 …!

Mais attention, si le rideau est tiré sur les « IN », les « OFF » n’ont pas dit leur dernier mot ! Ils seront programmés durant toute la saison (certains le sont déjà), de façon intermittente, soit en spectacles ouverts, soit en résidence, soit en formation.

A l’affiche :

Néfissa Bénouniche, Brigitte Carle, Marie-France Marbach, Myriam Pellicane et Didier Kovarsky.

Pour en savoir plus, consultez régulièrement ce blog.